Politique / Monde

Reconnaissance mais pas repentance: la politique mémorielle d'Emmanuel Macron au Rwanda

Temps de lecture : 2 min

Après plus de vingt-cinq ans de tensions entre les deux pays, liées au rôle joué par la France dans le génocide des Tutsi en 1994, le chef de l'État a prononcé un discours très attendu à Kigali.

Il fallait trouver les mots pour le dire. Le président de la République, en visite à Kigali jeudi 27 mai, a reconnu que la France avait eu, dans le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, «une responsabilité accablante dans un engrenage qui a abouti au pire». Emmanuel Macron n'a en revanche pas parlé de culpabilité ou de complicité avec le régime génocidaire de l'époque. Son discours, prononcé dans l'enceinte du Mémorial de Gisozi, a été bien accueilli par l'actuel président du Rwanda, Paul Kagame.

Quelle est la doctrine mémorielle d'Emmanuel Macron? Pourquoi la France se réconcilie-t-elle précisément maintenant avec le Rwanda? Pourquoi la reconnaissance de sa responsabilité a-t-elle pris tant de temps?

Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani, directeur de Slate.fr, en parlent avec leurs invités Nathalie Saint-Cricq, éditorialiste politique à France 2, et Laurent Joffrin, président du mouvement Engageons-nous, dans «Politique», l'émission de France 24, en partenariat avec Slate.fr.

Newsletters

Réforme des retraites: la dissolution de l'Assemblée, pari risqué d'Emmanuel Macron

Réforme des retraites: la dissolution de l'Assemblée, pari risqué d'Emmanuel Macron

Le chef de l'État a agité cette menace si l'opposition votait la motion de censure contre le gouvernement.

#OnNeDoitPasDireÇa

#OnNeDoitPasDireÇa

Parti déconstruit

Parti déconstruit

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio