Sciences

Comme celui des humains, le sperme des vieux chats est bourré de mutations

Temps de lecture : 2 min

Ce phénomène pourrait même être commun à tous les mammifères.

La proportion de mutations provenant des pères est similaire chez les chats et les humains. | Pietro Schellino via Unsplash
La proportion de mutations provenant des pères est similaire chez les chats et les humains. | Pietro Schellino via Unsplash

Si l'horloge biologique a plutôt tendance à carillonner dans les oreilles des femmes, elle n'épargne pas pour autant les hommes. En cause, un fait biologique tout bête: plus le temps passe, plus la division cellulaire nécessaire à la production des gamètes est susceptible de «se tromper».

En d'autres termes, plus un homme sera âgé, plus longtemps ses cellules spermatiques se seront renouvelées et plus elles auront accumulé d'erreurs et d'aberrations génétiques plus ou moins délétères pour une putative descendance. Un âge du père que l'on pense corrélé à des troubles neuro-développementaux, comme l'autisme ou la schizophrénie.

Jusqu'à présent, cette bombe à retardement testiculaire n'avait été documentée que chez des primates, mais une étude dévoilée début avril –et en attente de validation par les pairs– l'expose chez nos bons vieux chats domestiques. Ce qui laisse entendre que tous les mammifères et, plus généralement, tous les animaux producteurs de spermatozoïdes, pourraient être concernés.

Risque de trisomie 21

Menée par l'équipe de Richard J. Wang, biologiste à l'Université de l'Indiana à Bloomington (États-Unis), cette étude montre notamment que le taux de mutation par génération chez le chat est légèrement inférieur à ce qui est observé chez l'humain, le résultat étant cependant cohérent avec la maturation sexuelle plus rapide chez ces félins que dans notre espèce. Grâce à l'analyse des génomes de onze groupes de chats (le père, la mère et leurs chatons), Wang et ses collègues constatent que 70% en moyenne des mutations détectées chez les chatons proviennent des pères et que plus ces derniers sont âgés, plus les gènes de leurs petits sont mutés.

Une proportion similaire à celle que l'on retrouve chez les humains, où environ 80% des mutations apparaissant chez un individu alors qu'aucun des parents ne la possède dans son patrimoine génétique –les mutations dites «de novo»– proviennent du père.

Dans les ovules, comme le processus cellulaire n'est pas continu avec des gamètes restant bloqués au dernier stade de la division cellulaire, les anomalies chromosomiques –des mutations à très grande échelle– sont beaucoup plus susceptibles d'apparaître que dans le sperme. La trisomie 21 ou syndrome de Down est la pathologie la plus connue que ces mutations peuvent entraîner.

Newsletters

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

[L'Explication #79] Les relations entre les animaux de la même espèce existent, et auraient même certains avantages.

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

La ville de Boston vient d'interdire l'installation de nouvelles pelouses artificielles dans l'espace public, pointant la composition toxique de ces étendues de plastique vert.

L'océan Arctique est en train de s'acidifier en quatrième vitesse

L'océan Arctique est en train de s'acidifier en quatrième vitesse

L'acidification des eaux, précipitée par la fonte des glaces de mer, présente un danger considérable pour la vie marine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio