Parents & enfants / Santé

Les oreillers, peluches et tours de lit sont toujours les causes principales de morts subites du nourrisson

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, trois décès inattendus sur quatre se produisent dans des environnements de sommeil dangereux.

Chaque année, aux États-Unis, jusqu'à 3.500 bébés meurent de mort inattendue. | Marie Despeyroux via Unsplash
Chaque année, aux États-Unis, jusqu'à 3.500 bébés meurent de mort inattendue. | Marie Despeyroux via Unsplash

La literie est toujours aussi dangereuse pour les bébés. Selon une étude des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, l'agence fédérale américaine dédiée à la protection de la santé publique, la majorité des morts subites du nourrisson de moins d'un an sont encore dus aux différents éléments présents dans les lits des nourrissons, rapporte NBC News.

L'étude, publiée dans la revue médicale Pediatrics, révèle que des milliers de bébés âgés de quatre mois ou moins meurent de suffocations accidentelles et évitables à cause de peluches, de tours de lit, de couvertures, d'oreillers et autres articles de literie mous. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 4.929 morts inattendues du nourrisson de 2011 à 2017. La literie molle était responsable dans 75% des cas, et seulement 1% des décès inexpliqués ne présentaient aucun facteur de sommeil dangereux.

«Nous parlons également de nourrissons placés sur des surfaces autres qu'un couffin ou un berceau», comme «un canapé, un fauteuil inclinable ou un lit d'adulte», explique Sharyn Parks, épidémiologiste et autrice de l'étude. «Nous voyons des bébés qui meurent dans toutes ces circonstances.» En France, selon la Haute Autorité de santé, la mort inattendue du nourrisson, anciennement appelée mort subite du nourrisson, est le décès brutal d'un bébé, exempt de toute pathologie ou malformation connues, dans son sommeil.

Les populations amérindiennes et indigènes d'Alaska, les plus touchées

La mort subite du nourrisson est un problème massif qui touche la société américaine depuis des décennies, précise la chaîne de télévision. Les autorités de santé publique ont d'ailleurs multiplié les messages sur la sécurité du sommeil, dont la campagne «Back To Sleep», qui a débuté en 1994 et encouragé les nouveaux parents à coucher les nouveau-nés sur le dos plutôt que sur le ventre.

Si ces décès ont rapidement diminué au milieu des années 1990, grâce à cette campagne, puis en 2010, où ils ont réduit de moitié, les progrès ont stagné depuis. Aujourd'hui, jusqu'à 3.500 bébés meurent ainsi chaque année aux États-Unis, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. Et les taux les plus élevés sont observés parmi «les populations amérindiennes et populations indigènes d'Alaska, suivies de près par la population afro-américaine», précise l'épidémiologiste.

Afin d'éviter tout accident mortel, l'Académie américaine de pédiatrie recommande de faire dormir les nourrissons sur le dos, sur des surfaces fermes et plates, sans oreillers, couvertures, jouets ni bordures de lit. Des études ont également montré que l'utilisation de tétines, qui ne sont pas attachées aux vêtements ou aux jouets, peut réduire le risque de mort inattendue du nourrisson.

Newsletters

Les hommes qui donnent le prénom d'une ex à leur bébé, une tradition vieille comme le monde

Les hommes qui donnent le prénom d'une ex à leur bébé, une tradition vieille comme le monde

Le chanteur de Maroon 5 est loin d'être le seul à avoir eu une telle idée: les témoignages se multiplient.

Le chou kale fait grimacer les bébés, même avant la naissance

Le chou kale fait grimacer les bébés, même avant la naissance

Qu'on se rassure, le but n'était pas de leur proposer une cure détox prénatale.

Mais qui veut encore être prof de nos jours?

Mais qui veut encore être prof de nos jours?

En pleine crise du recrutement des enseignants, les nouveaux profs font leur première rentrée. Qui sont ceux qui rentrent dans le métier au moment où il peine à attirer?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio