Monde

Gordon Brown, victime du micro oublié

Temps de lecture : 2 min

Méfiez-vous des micros qui traînent. Les conseillers en communication doivent le répéter des milliers de fois aux hommes et femmes politiques. Las! La liste de ceux qui se sont fait «piéger» est longue: Patrick Devedjan, Rachida Dati ou George W. Bush... Auxquels on peut désormais ajouter le britannique Gordon Brown. Le Premier ministre s'est publiquement excusé après avoir qualifié une électrice de «sectaire».

Après une réunion publique à Rochdale, dans le nord-ouest de l'Angleterre, Gillian Duffy, une retraitée de 65 ans, presse de questions le candidat travailliste. Déficit, impôts, frais de scolarité à l'université et immigration, tous les sujets qui fâchent ont été abordés... au grand désarroi de Gordon Brown, suivi par une équipe de télévision. A chaque réponse apportée, la grand-mère oppose un nouvel argument, dans une conversation que le Premier ministre a visiblement hâte d'interrompre. Sa solution? Passer à autre chose et à un autre lieu (en campagne électorale, on a beaucoup de rendez-vous à honorer), de façon décontractée mais rapide. Si rapide qu'il en oublie le micro qu'il porte sur lui.

A peine monté en voiture, il déclare ainsi à un de ses collaborateurs:

C'était un désastre. On n'aurait jamais du me mettre dans les pattes de cette femme. Qui a eu l'idée? [...] C'est juste une femme sectaire qui dit être une électrice travailliste. Ridicule.

La «sectaire» Gillian Duffy a bien entendu le message: elle n'ira pas voter le 6 mai prochain. Le Premier ministre a dû s'excuser à la radio quelques heures plus tard.

Cette bourde risque de ne pas améliorer l'image de Brown et du parti travailliste. Depuis le premier débat télévisé opposant Brown, Cameron et Clegg, le parti travailliste pointe à la troisième place des études, derrière les conservateurs et les libéraux-démocrates. Or, The Independent explique que justement, rencontrer le plus possible d'électeurs faisait partie des changements intervenus dans la campagne électorale des travaillistes pour remonter la pente.

[Lire les articles sur Times Online, the Independent, the Guardian et écouter sur la BBC Radio 2]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Gordon Brown lors du World Forum de 2007, World Economic Forum via Flickr CC License by

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE: Les Britanniques veulent du changement, par Jean-Marie Colombani

Newsletters

Des Russes louent des jets privés 150.000 euros pour éviter d'aller combattre

Des Russes louent des jets privés 150.000 euros pour éviter d'aller combattre

La demande ayant largement dépassé l'offre, les prix n'ont pas tardé à flamber.

Face à la guerre menée par Poutine en Ukraine, la Chine peine à se positionner

Face à la guerre menée par Poutine en Ukraine, la Chine peine à se positionner

«L'amitié sans limites» qu'évoquait Xi Jinping en février pour décrire la relation de son pays avec la Russie semble, sept mois plus tard, en avoir quelques-unes.

Que faire face à un Poutine aux abois?

Que faire face à un Poutine aux abois?

Bien que le président russe subisse de lourdes déconvenues, ses adversaires ont tout intérêt à passer ce moment-charnière en restant dans la retenue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio