Économie

Après Goldman Sachs, des banques anglaises?

Temps de lecture : 2 min

L'affaire Goldman Sachs bat son plein aux Etats-Unis avec notamment l'audition le 27 avril du Français Fabrice Tourre devant une sous-commission du Sénat. Les prises de positions de la banque d'affaire contre ses clients ont également indisposé le gendarme de la Bourse anglaise. La FSA (autorité des services financiers britannique) a lancé une enquête.

Mais elle a aussi décidé de balayer devant sa porte. L'autorité a étudié les complaintes des clients et découvert que cinq banques représentent à elles seules 70% des réclamations. Ces organismes bancaires ne respecteraient pas les règlements concernant les relations avec la clientèle. Pour deux d'entre elles, que la FSA a refusé de nommer, des investigations plus poussées vont avoir lieu: leurs manières seraient «inacceptables».

Certaines banques auraient mis en place des systèmes pour leur éviter de payer des indemnisations, même quand elles étaitent responsables. Un responsable de la FSA a expliqué que les réclamations recouvraient un ensemble de comportements, des assurances aux retraits.

Selon les informations du Guardian, les deux banques en question seraient le Lloyds Banking Group et la Royal Bank of Scotland (RBS). Il semberait également que Barclays soit parmi les cinq épinglées par l'enquête. Au contraire, Santander et HSBC seraient épargnés par le scandale.

En pleine période électorale au Royaume-Uni, cette enquête pourrait porter préjudice au gouvernement sortant: dans le cadre du renflouement des banques, l'Etat britannique détient 84% des actions de la RBS et 41% de Lloyds Banking Group.

La FSA se dit donc «déterminée à utiliser tous les moyens disponibles pour s'assurer que les banques respectent les règlementations». Si les faits étaient avérés, les banques devraient payer de lourdes amendes, voire devraient cesser leur activité.

[Lire l'article sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Royal Bank of Scotland, ell brown via Flickr CC License by

Newsletters

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

Le pays communique sur son succès en matière de lutte contre la pauvreté et continue d'en faire un horizon de sa politique de développement. En Occident, des objectifs similaires avaient été proclamés. Jamais atteints, ils ont été abandonnés.

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

Les relations sino-latines ont le vent en poupe, à tel point que Pékin dépasse peu à peu Washington dans presque tous les pays de la région.

La classe moyenne, insaisissable créature du capitalisme

La classe moyenne, insaisissable créature du capitalisme

La «classe moyenne» fait partie des notions les plus utilisées et les plus floues dans les discours politiques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio