Société / Tech & internet

Les «granfluencers», ces grands-parents qui cartonnent sur Instagram

Temps de lecture : 2 min

Ces comptes, parfois suivis par des millions de personnes, prouvent que le style et la beauté n'ont pas d'âge.

L'une des «granfluenceurs» les plus populaires d'Instagram est suivi par 3,5 millions d'internautes. | Marcus Aurelius via Pexels
L'une des «granfluenceurs» les plus populaires d'Instagram est suivi par 3,5 millions d'internautes. | Marcus Aurelius via Pexels

Les réseaux sociaux ne sont pas consacrés qu'aux nouvelles générations. Alors que certains de nos grands-parents ont encore du mal à comprendre toutes les fonctionnalités de Facebook, d'autres se débrouillent parfaitement, notamment via Instagram.

Le réseau social de partage de photos a même vu naître un nouveau genre d'influenceurs: les granfluencers. Ce sont des papys et mamies de 60 ans et plus, suivis par des milliers voire des millions d'internautes, rapporte le New York Post. Loin des clichés, ils vivent leur vie à 100%, portent des vêtements de créateurs, voyagent, font du sport et travaillent avec les plus grandes marques.

L'une des plus populaires est Helen Ruth Elam, connue sous le pseudo @baddiewinkle. Depuis ses débuts sur Instagram il y a sept ans, elle ne cesse de partager ses plus beaux looks et maquillages déjantés. Aujourd'hui, cette mamie glamour de 92 ans, originaire du Kentucky est suivie par 3,5 millions de personnes, dont Rihanna. Certains de ses contenus en partenariat avec des grandes marques comme Amazon, Canada Dry ou LG, lui apportent jusqu'à 9.815 dollars, un peu plus de 8.000 euros par post, selon le Daily Mail.

Des comptes inspirants

À 67 ans, Lyn Slater alias @iconaccidental, mène une double vie: elle est professeure de droit à l'université Fordham de New York et influenceuse mode. Suivie par presque 800.000 adeptes, elle est devenue célèbre par erreur en 2013, quand des photos d'elle prises dans la rue lors de la Fashion Week de New York ont fait le tour du web. Depuis, elle a décroché un contrat avec la prestigieuse agence de mannequinat Elite Models London.

Dans un autre style, Joan MacDonald partage avec son million d'abonnés son mode de vie actif, ses séances de musculation, des photos d'elle avant-après ainsi que des messages inspirants. «Nous pouvons encore nous surprendre et faire des exploits de force même en vieillissant», peut-on lire sur un post où l'influenceuse de 74 ans soulève presque 80 kilos de poids. Si une majorité des granfluencers sont des femmes, les hommes aussi s'y mettent. Comme Irvin Randle, 59 ans, aux 417.000 abonnés, surnommé «Mr steal your grandma», littéralement le «M. qui vole ta grand-mère».

Si les réseaux sociaux sont souvent jugés superficiels, ces comptes décomplexants sont des modèles pour toutes les personnes qui ont peur de vieillir. «J'ai dû accepter le fait que le vieillissement est inévitable, il n'y a rien que vous ne puissiez faire pour le contrôler, alors essayez d'être le meilleur possible», confie Lyn Slater, à AARP, un lobby américain qui œuvre à améliorer la qualité de vie des citoyens. «J'ai la soixantaine et je n'ai jamais eu autant de visibilité. Il est temps d'avoir une nouvelle vision de ce que signifie être une femme plus âgée.» Qui a décrété que l'influence, le style et charme avaient un âge?

Newsletters

La sobriété énergétique d'accord, par contre le col roulé c'est non, non et encore non!

La sobriété énergétique d'accord, par contre le col roulé c'est non, non et encore non!

[BLOG You Will Never Hate Alone] Si on cède sur le col roulé, la prochaine étape, ce sera quoi? Les moufles, les chaussettes montantes, le slip chauffant, les bonnets à couilles, le cache-nez, l'anorak, les protège-tibias obligatoires?

Le monde que nous vendent les banques d'images est terrifiant

Le monde que nous vendent les banques d'images est terrifiant

Ces illustrations, uniformisées et omniprésentes, forgent sans même qu'on ne s'en rende compte la représentation d'une autre réalité que la nôtre.

Comment la communauté gay s'est mobilisée face au Monkeypox

Comment la communauté gay s'est mobilisée face au Monkeypox

Depuis quelques semaines, la courbe des contaminations au virus semble se tasser. Une surprise? Pas vraiment: la communauté gay spécifiquement exposée au virus a su très rapidement s'adapter.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio