Médias / Culture

La représentation du corset dans «La Chronique des Bridgerton» serait anachronique

Temps de lecture : 2 min

Selon Hilary Davidson, historienne spécialiste de la mode, la scène d'ouverture où des domestiques serrent le corset de Prudence Featherington n'est pas réaliste.

Pourquoi les femmes de la série serreraient-elles leurs corsets jusqu'à se faire mal, alors que leurs robes tombent sous la poitrine? | Cassio Jardim via Unsplash
Pourquoi les femmes de la série serreraient-elles leurs corsets jusqu'à se faire mal, alors que leurs robes tombent sous la poitrine? | Cassio Jardim via Unsplash

Depuis sa sortie sur Netflix, la série La Chronique de Bridgerton fait l'objet de nombreux commentaires, plus ou moins élogieux. Alors que l'histoire se déroule pendant la période de la Régence anglaise, au début du XIXesiècle, certaines inexactitudes historiques ont été pointées du doigt par des spécialistes. Parmi elles, une représentation erronée de l'usage des corsets à cette époque.

Dès les premières images de la série, le public assiste à une scène dans laquelle des domestiques serrent le corset de Prudence Featherington jusqu'à lui faire mal, sous les yeux horrifiés de sa sœur. Selon Hilary Davidson, historienne spécialiste de la mode, la façon dont est représenté le corset dans ce premier épisode de La Chronique de Bridgerton est anachronique.

Les premiers corsets apparaissent au XVIe siècle, alors que la mode féminine devient plus géométrique. Le corset, rigidifié à l'aide de baleines et parfois de bois, permet de façonner les corps des femmes et de leur donner la forme d'un cône inversé. Toutefois, les femmes ne serraient pas toujours assez leur corset pour atteindre cette forme corporelle. Elles préféraient parfois rembourrer leur vêtements ou utiliser un cerceau pour modeler une forme plus large sous leur taille, cette dernière paraissant alors plus fine.

Des corsets confortables et divers

Cette mode persiste plus ou moins jusqu'à l'ère de la Régence, au début des années 1800. À cette époque, Hilary Davidson explique qu'une multitude de vêtements différents apparaissent dans les garde-robes féminines. Les femmes pouvaient porter des corsets très confortables, par exemple lorsqu'elles restaient chez elles. Celles qui travaillaient portaient elles aussi des corsets, mais qui n'avaient rien à voir avec l'élément de torture auquel le vêtement est aujourd'hui associé dans nos esprits.

Hilary Davidson assure que les corsets portés pendant la Régence pouvaient être confortables, pas seulement pour l'époque mais même selon nos standards actuels. Bien sûr, certaines femmes serraient parfois leur corset très fort, pour donner l'illusion d'une taille plus fine. Néanmoins, l'experte soulève une incohérence dans la série. Pourquoi les femmes serreraient-elles leurs corsets jusqu'à se faire mal, alors que leurs robes tombent sous la poitrine, sans mettre la taille en évidence? Selon l'historienne, les corsets de l'époque servaient moins à affiner la taille des femmes et davantage à soulever leur poitrine, ainsi qu'à séparer leurs seins en «deux globes arrondis».

Newsletters

Déstabilisés par la contre-offensive ukrainienne, les médias russes changent de ton

Déstabilisés par la contre-offensive ukrainienne, les médias russes changent de ton

Le Kremlin a été pris de court par les récentes opérations offensives de l'Ukraine. Pendant ce temps, l'extrême droite russe se montre plus véhémente que jamais.

À chaque argument raciste contre l'adaptation de La Petite Sirène, sa réponse 

À chaque argument raciste contre l'adaptation de La Petite Sirène, sa réponse 

Petit guide pour répondre aux arguments pseudo-scientifiques concernant La Petite Sirène (si le fait de rappeler que les sirènes ne sont pas réelles ne suffit pas).

Comment les journalistes ukrainiens couvrent la guerre dans leur pays

Comment les journalistes ukrainiens couvrent la guerre dans leur pays

Depuis la fin février et le début de la guerre déclarée par Vladimir Poutine, le métier de journaliste a radicalement changé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio