Santé

On commence à savoir pourquoi notre température corporelle baisse

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs études avancent que nos corps ne sont plus à 37° C.

L'une des hypothèses principales pour expliquer ce phénomène est l’amélioration de notre hygiène, ainsi qu'un meilleur accès à de l'eau propre et aux soins médicaux. | Markus Spiske via Unsplash
L'une des hypothèses principales pour expliquer ce phénomène est l’amélioration de notre hygiène, ainsi qu'un meilleur accès à de l'eau propre et aux soins médicaux. | Markus Spiske via Unsplash

La température moyenne de notre corps baisse, et cela pourrait être dû à notre mode de vie moderne. Si une recherche publiée au début de cette année affirmait que la température du corps des Américain·es est maintenant inférieure à 37° C, une nouvelle étude trouve des résultats similaires chez les Chimanes, une ethnie amérindienne de Bolivie. La baisse de température des corps ne serait donc pas le simple produit d'un mode de vie aisé, comme pouvait le suggérer la première étude. Au contraire, le phénomène existerait également dans des zones rurales et tropicales, où les services de santé sont peu répandus et les infections fréquentes.

En commençant à travailler avec les Chimanes en 2002, des anthropologues avaient mesuré une température moyenne de 37° C parmi les adultes de la communauté. Seize ans plus tard, leur température moyenne avait chuté de 0,5° C. «En moins de deux décennies, nous observons une diminution similaire que celle enregistrée aux États-Unis il y a environ deux siècles», explique l'anthropologue Michael Gurven. Si la première étude américaine ne permettait pas de comprendre la baisse de température corporelle observée, la récente recherche explique davantage ce phénomène.

Les raisons de cette baisse

L'une des hypothèses principales est l'amélioration de notre hygiène, ainsi qu'un meilleur accès à de l'eau propre et aux soins médicaux. Ces trois facteurs réduisent le taux d'infection chez les humains, associée à une baisse de leur température.

Bien que certains épisodes infectieux coïncident avec une hausse de température chez les Chimanes, cet argument ne permet pas à lui-seul d'expliquer la baisse brutale de la température des corps. «La chute des températures peut être due à l'amélioration des systèmes de soin de santé moderne, et à la baisse du nombre d'infections bénignes durables par rapport aux précédentes époques, dit Michael Gurven. Mais bien que les états de santé se soient améliorés ces deux dernières décennies, les infections sont toujours répandues dans les régions rurales de la Bolivie.»

Selon l'équipe de recherche, une combinaison de différents facteurs permettrait d'expliquer le rapide déclin de la température de nos corps. Parmi eux, un meilleur accès aux antibiotiques, aux vaccins et aux différents traitements médicaux. Une autre piste serait l'utilisation de la climatisation et du chauffage. Néanmoins, Thomas Kraft, chercheur en ethnographie à l'université de Californie à Santa Barbara rappelle que «les Chimanes n'ont utilisé aucune des ces technologies pour réguler la température de leur corps. Toutefois, la communauté a davantage accès à des vêtements et des couvertures.»

Si l'évolution de la façon dont nous nous réchauffons ou refroidissons influence notre température corporelle, il n'y a aucun doute quant au fait que d'autres facteurs entrent en jeu. Il faudra donc attendre la publication de prochaines recherches pour mieux comprendre ce phénomène.

Newsletters

Pourquoi les scientifiques déconseillent-ils de faire son lit le matin?

Pourquoi les scientifiques déconseillent-ils de faire son lit le matin?

Il est temps d'abandonner cette mauvaise habitude.

«Mon compagnon souffre d'un trouble psychique grave, comment gérer la situation?»

«Mon compagnon souffre d'un trouble psychique grave, comment gérer la situation?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille Macha, qui soutient tant bien que mal son ami malade auprès duquel elle ne trouve plus l'engagement affectif d'antan et ne se sent pas soutenue en retour.

La crise du Covid-19 a fait exploser le nombre de pubertés précoces des jeunes filles

La crise du Covid-19 a fait exploser le nombre de pubertés précoces des jeunes filles

Mais faut-il incriminer le virus lui-même?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio