Boire & manger

Vous aurez toujours le droit de manger des «burgers vegans» (mais pas du «fromage végétal»)

Temps de lecture : 2 min

L'industrie de la viande a perdu sa bataille contre les «steaks végétariens» au Parlement européen.

Un burger avec un steak au soja. | Photo by LikeMeat via Unsplash
Un burger avec un steak au soja. | Photo by LikeMeat via Unsplash

Le Parlement européen a voté ce vendredi, et retoqué un amendement, soutenu par l’industrie de la viande, qui proposait d’interdire au sein de l’Union européenne l’usage de dénominations telles que «hamburger», «steak», «saucisse» ou «escalope», pour qualifier des produits d’origine végétale.

Les substituts vegans et végétariens tels que les steaks de soja ou les saucisses végétaliennes pourraient donc continuer de garnir les rayonnages des supermarchés, cartes de restaurants et réfrigérateurs de l’UE.

En revanche, les eurodéputé·es ont entériné des restrictions concernant les produits de substitution ne contenant pas de produits laitiers. Depuis 2017 déjà, des étiquetages tels que «yaourt de soja» ou «lait de soja» avaient été interdits par la Cour de justice de l’Union sur les produits alimentaires. Le nouvel amendement adopté, qui doit encore être négocié avec les États membres, souhaiterait désormais interdire les appellations «yaourt», «fromage» et «crème» pour des articles de substitution alimentaires comme non alimentaires, de même que des expressions telles que «goût fromage» ou «saveur crémeuse».

En France cependant, la loi relative à la transparence de l'information sur les produits alimentaires, adoptée le 27 mai 2020, avait interdit l'emploi de «dénominations utilisées pour désigner des denrées alimentaires d'origine animale [...] pour décrire, commercialiser ou promouvoir des denrées alimentaires comportant des protéines végétales».

Un engagement écolo

Le Copa-Cogeca, la plus grande fédération des syndicats agricoles d’Europe, avait défendu l’amendement en faveur d’une interdiction des appellations évoquant la viande, arguant que celles-ci étaient trompeuses pour les consommateurs et les consommatrices.

De l’autre côté, treize organisations dont Greenpeace et le WWF soutenaient le maintien de ces appellations pour les produits végétariens et vegans. Leurs représentant·es ont déclaré que la promotion de produits encourageant un régime alimentaire plus végétal allait dans le sens des engagements écologiques et de la lutte contre le dérèglement climatique promue par la Commission européenne. À cet égard, l’impossibilité d’employer des termes comme «steak» ou «saucisse» pour des produits végétaux rendraient ces derniers plus obscurs et moins accessibles pour les consommateurs et les consommatrices.

Si le Bureau européen des unions de consommateurs a salué le «bon sens» des eurodéputé·es quant aux «burgers vegans», il regrette leur frilosité concernant les alternatives aux produits laitiers. Pour Marco Contiero, de l’ONG Greenpeace, il est «pathétique de voir que les eurodéputés n’aient pas tenu tête aux lobbyistes de l’agriculture industrielle». Il estime toutefois que les consommateurs et consommatrices continueront d’appeler ces substituts «yaourt» ou «fromage» en dépit des législations adoptées.

Newsletters

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Une société déjà bien implantée permet aux établissements de vous scanner afin de vous proposer des produits prétendument adaptés.

Les cinq erreurs à éviter pour (enfin) réussir sa soupe

Les cinq erreurs à éviter pour (enfin) réussir sa soupe

Ce n'est pas un plat qu'il faut sous-estimer.

McDo et les burgers végétariens, histoire d'un échec commercial

McDo et les burgers végétariens, histoire d'un échec commercial

Lancé en grande pompe, le McPlant a fait pchitt.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio