Culture

«Les Aristochats», «Peter Pan»: Disney prévient du racisme de ses films

Temps de lecture : 2 min

Un nouveau message d'avertissement sera présent sur certains dessins animés cultes de la plateforme Disney+.

Si et Am de La Belle et le Clochard sont représentés comme des stéréotypes des personnes asiatiques. | Capture d'écran Youtube Disney FR
Si et Am de La Belle et le Clochard sont représentés comme des stéréotypes des personnes asiatiques. | Capture d'écran Youtube Disney FR

Certains passages des films de Disney ne sont pas faciles à assumer pour l'entreprise américaine. Du chat siamois qui joue du piano avec des baguettes aux clichés afro-américains qui entourent le roi Louis, le célèbre singe du Livre de la jungle, le racisme est un difficile héritage dont Disney compte bien se défaire.

C'est pourquoi la plateforme de vidéos à la demande Disney+ a décidé de renforcer son message de prévention, diffusé avant le visionnage des films concernés.

Un petit texte apparaîtra donc avant le générique, expliquant que le «programme comprend des représentations datées et/ou un traitement négatif des personnes ou des cultures» et que ces «stéréotypes étaient déplacés à l’époque et le sont encore aujourd’hui».

Comme l'explique l'avertissement, l'objectif est de ne pas supprimer le contenu dérangeant, mais plutôt de «reconnaître son influence néfaste afin de ne pas répéter les mêmes erreurs, d’engager le dialogue et de bâtir un avenir plus inclusif, tous ensemble».

Ce message de mise en garde vient en remplacer un autre, en ligne depuis novembre, qui prévenait de manière plutôt synthétique que le film était «présenté comme il a été créé à l'origine» et qu'il était susceptible de contenir «des représentations culturelles désuètes».

Chihuahua mexicain et chat siamois

Stéréotypes, exagérations, caricatures maladroites: il sera difficile de voir les Disney de la même façon. Dans un de ses articles, la BBC fait un petit inventaire de ces personnages aux connotations racistes dans les dessins animés de notre enfance.

Dans La Belle et le Clochard par exemple, une scène dans une fourrière montre des chiens représentant de façon stéréotypée divers peuples, dont Pedro le chihuahua mexicain. Dans ce film, l'on retrouve aussi Si et Am, qui sont représentés comme des stéréotypes des personnes asiatiques -tout comme Shun Gon, le chat siamois qui joue du piano avec des baguettes dans Les Aristochats.

Dumbo est aussi concerné. Les corbeaux qui apprennent au petit éléphant à voler ont des voix de noirs stéréotypées et l'un d'entre eux s'appelle même Jim Crow, en référence à un ensemble d'anciennes lois ségrégationnistes du sud des États-Unis, ajoute le média britannique.

Enfin, le roi Louis, célèbre singe et personnage phare du Livre de la jungle, a souvent été pointé du doigt pour être une caricature raciste d'un Afro-américain, perçu comme étant paresseux et dansant sur du jazz. Peter Pan n'y échappe pas non plus et le terme «peaux rouges», utilisé pour représenter les Autochtones dans le film, aurait attiré les critiques.

Newsletters

Lire Eileen Myles pour entrer dans l'underground queer new-yorkais

Lire Eileen Myles pour entrer dans l'underground queer new-yorkais

La parution en français de son récit «Chelsea Girls», qu'il définit comme «un “Sur la route” lesbien», relève de l'événement.

Comment Jacquemus a explosé la notion de «bon goût»

Comment Jacquemus a explosé la notion de «bon goût»

La Parisienne peut aller se rhabiller. En Jacquemus, tant qu'à faire.

«The Woman King», une guerrière en uniforme

«The Woman King», une guerrière en uniforme

L'épopée des combattantes du Dahomey mobilise toutes les ressources du film hollywoodien à grand spectacle, pour une histoire dont le cadre et les héroïnes sont inhabituels, mais racontés de manière convenue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio