Sciences

Ebisu, le chat japonais qui savait imiter les humains

Temps de lecture : 2 min

Il a notamment appris à tourner sur lui-même et à ouvrir un tiroir.

En quelques mois seulement, Ebisu est parvenu à imiter sa maîtresse. | Yerlin Matu via Unsplash
En quelques mois seulement, Ebisu est parvenu à imiter sa maîtresse. | Yerlin Matu via Unsplash

Ebisu est un chat de 11 ans qui pourrait révolutionner la recherche scientifique concernant son espèce. Élevé par Fumi Higaki au Japon, il est le sujet d'une étude de Claudia Fugazza publiée dans le journal Animal Cognition. C'est la faculté de ce félin à imiter les gestes de sa maîtresse qui a suscité l'intérêt de la chercheuse, initialement spécialisée dans les capacités cognitives canines.

Dresseuse de chiens professionnelle, Fumi Higaki a expliqué à Claudia Fugazza qu'elle avait appris à son chat à l'imiter en suivant la méthode Do as I Do, souvent utilisée sur les chiens, qui consiste à demander à l'animal de reproduire les actions du dresseur. Ce dernier crie un ordre, effectue un geste, puis demande à l'animal de l'imiter avant de lui donner une récompense. Motivé par la nourriture, Ebisu s'est révélé être un excellent sujet, qui est parvenu à imiter sa maîtresse en quelques mois seulement, après un entraînement de mai à septembre 2019.

Peu d'animaux en sont capables

En décembre de la même année, Claudia Fugazza décide de mener plusieurs expériences avec Fumi Higaki et son chat. Ebisu étant méfiant face aux inconnus, les tests sont effectués par sa maîtresse pendant que la chercheuse les observe et les filme. Sur dix-huit essais, Ebisu est finalement capable d'imiter les actions 81% du temps. Le chat sait notamment tourner sur lui-même, ouvrir un tiroir ou encore s'allonger.

Mais c'est lorsque Fumi Higaki lève ses bras et qu'Ebisu se dresse sur ses pattes de derrière pour lever celles de devant, que l'attention de la chercheuse est particulièrement retenue. À partir de cette expérience, Claudia Fugazza émet l'hypothèse que le chat serait capable d'associer les parties du corps humain à ses propres membres.

L'action peut paraître simple. Pourtant, seuls quelques animaux savent se prêter à des imitations, parmi lesquels les orques, les grands singes, les dauphins et les chiens. L'animal doit disposer de capacités cognitives complexes pour parvenir à interpréter suffisamment bien le comportement de l'humain afin de le recopier. Jusqu'à présent, les scientifiques ne pensaient pas que les chats en étaient capables.

Un cas unique?

La découverte est toutefois à nuancer, la taille de l'échantillon de la recherche étant extrêmement restreinte. Il se pourrait qu'Ebisu n'imite sa maîtresse qu'en apparence. Dans ce cas, le chat serait sujet à l'effet Hans le Malin, c'est-à-dire capable d'interpréter des signes non verbaux pour comprendre la manière dont il doit agir.

Peu de temps après avoir participé à la recherche, Ebisu est décédé d'une maladie rénale. Claudia Fugazza espère que de futures études à plus grande échelle examineront davantage la capacité des chats à imiter d'autres espèces animales.

Newsletters

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Ces calculs omettent souvent les émissions indirectes et importantes liées à la construction des infrastructures nécessaires.

Sonde kamikaze, astéroïde et survie de l'humanité: découvrez la mission DART de la NASA

Sonde kamikaze, astéroïde et survie de l'humanité: découvrez la mission DART de la NASA

Ce lundi 26 septembre, un engin de l'agence américaine devrait s'écraser contre un corps céleste pour le faire dévier de sa trajectoire. Une opération d'une importance capitale.

Chez les albatros, être timide mène tout droit au divorce

Chez les albatros, être timide mène tout droit au divorce

Le succès d'un couple réussi chez ces oiseaux de mer? Être prêt à en découdre face à la concurrence.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio