Monde

11,5 milliards de dollars pour reconstruire Haïti

Temps de lecture : 2 min

Selon une estimation préliminaire, le montant de la reconstruction d'Haïti après le tremblement de terre du 13 janvier dernier est évalué à près de 11,5 milliars de dollars, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Banque Mondiale mardi 16 mars.

Cette première estimation est le fruit d'une étude menée conjointement par le gourvernement haïtien et la Banque Mondiale. Ces 11,5 milliards de dollars devraient être répartis à 50% pour le secteur social, à 17% pour les infrastructures et le bâtiment et à 15% pour l'environnement et la gestion du risque selon l'étude.

Les dégats causés par le tremblement de terre sont évalués à environ 7,9 milliards de dollars, soit plus de 120% du PIB haïtien, dont 4,4 milliards pour les infrastructures comme les écoles, hôpitaux, routes, ponts, immeubles, ports et aéroports.

Une conférence internationale des donateurs doit se tenir le 31 mars à New York. En France, les dons de particuliers ont été particulièrement élevés.

[Lire l'article complet sur l'AFP]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: A Port-au-Prince, le 13 janvier 2009. REUTERS

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio