Monde

Chavez: «Internet ne peut pas être quelque chose d'ouvert, libre»

Temps de lecture : 2 min

«Internet ne peut pas être quelque chose d'ouvert, libre, où tout peut être dit et écrit. Chaque pays doit pouvoir y faire appliquer ses lois et ses standards.» Hugo Chavez, 13 mars 2010.

Point de départ de ce courroux présidentiel, la publication sur le site Noticiero Digital qu'un de ses proches conseillers, Diosdado Cabello, avait été assassiné. Selon Chavez, l'information, fausse, est restée en ligne deux jours.

Nous devons agir, a martelé le président vénézuélien. Nous allons demander au procureur de s'en occuper, parce qu'il s'agit d'un crime. Les informations sur ce site que j'ai en ma possession m'indique qu'il publie régulièrement des articles qui appellent au coup d'Etat. Ce n'est pas possible.

Selon Reuters, les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, très populaires parmi les opposants au président Chavez pour organiser des manifestations, sont dans le collimateur du chef de l'Etat vénézuélien.

Newsletters

Le mystère du téléphone public qui sonnait chaque samedi à Pékin

Le mystère du téléphone public qui sonnait chaque samedi à Pékin

Une histoire aux allures de thriller.

Mangez vos mœurs

Mangez vos mœurs

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

La mainmise de Moscou en Afrique semble s'étendre au Burkina Faso après un nouveau coup d'État, salué par le fondateur du groupe de mercenaires russes Wagner. Mais dans les faits, la situation politique reste floue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio