Monde

Au Kansas, «Welcome to Google»

Temps de lecture : 2 min

Aux Etats-Unis, la mairie de Topeka au Kansas a décidé de renommer la ville au nom de Google jusqu'à la fin mois de mars. Cette démarche inédite vise à attirer l'attention de la direction du géant de l'Internet qui cherche actuellement des sites capables d'accueillir son nouveau projet de réseau à super-débit (soit une connexion cent fois plus rapide que la moyenne).

Depuis le 2 mars, des pancartes «Welcome to Google, Kansas» souhaitent la bienvenue au visiteur à chaque entrée de la ville. Le maire, William Bunten, revendique même le statut de «capitale mondiale de la fibre optique» pour Topeka. Un comble pour cet édile qui avoue se servir à peine de ses e-mails.

Selon Bunten, l'éventuelle installation de Google représente une opportunité à ne pas rater. Un réseau Internet performant encouragerait les jeunes à rester et attirerait de nouvelles entreprises à Topeka.

Google devrait annoncer d'ici à la fin de l'année le nom de la ville retenue pour héberger son nouveau réseau.

[Lire l'article complet sur CNN]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Flickr

Newsletters

Un homme épouse deux femmes le même jour et relance le débat sur la polygamie en Algérie

Un homme épouse deux femmes le même jour et relance le débat sur la polygamie en Algérie

Cette pratique existe toujours dans le pays, même si elle tend, sous l'effet des nouvelles législations, à baisser.

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio