Société / Monde

Une famille attaquée par un loup au Canada

Temps de lecture : 2 min

Un phénomène très rare alors que ces animaux ont davantage tendance à fuir l'homme.

La mère a expliqué avoir vécu un véritable film d'horreur. | Philip Pilz via Unspalsh
La mère a expliqué avoir vécu un véritable film d'horreur. | Philip Pilz via Unspalsh

Selon le Centre international du loup, le Canada abrite 60.000 canis lupus, la deuxième plus importante concentration au monde de cette espèce. Pourtant les rencontres entre ces animaux et les êtres humains, en particulier celles qui causent des blessures ou la mort, sont peu fréquentes. Selon un rapport de 2002, quatre-vingts cas ont été signalés en Alaska et au Canada sur une période d'environ soixante ans.

Bien que très rare –de manière générale, les loups ont tendance à fuir l'homme– ces attaques n'en restent pas moins de l'ordre du possible. Une famille, les Rispolis, a pu en faire l'expérience dans le parc national Banff au Canada.

À l'image du film d'horreur Promenons-nous dans les bois réalisé par Lionel Delplanque, le loup qu'ils ont rencontré était agressif.

Minuit, l'heure du crime

Un couple et leurs deux enfants dormaient paisiblement dans leur tente au milieu du camping Rampart Creek. «Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas, si le loup y était, il nous mangerait», a-t-on l'habitude de chantonner, en suivant les paroles de la comptine. Cette nuit-là, le loup y était et il est venu les agresser.

Instantanément, Matt, le père de famille, s'est jeté devant sa femme et ses enfants afin de repousser le prédateur qui continuait de déchirer la tente. Pendant que son mari essayait de tenir le loup à distance, Elisa, la mère, explique s'être couchée sur ses deux enfants pour les protéger. Ils ont ensuite crié à l'aide. Fort, très fort.

Russ Fee, leur héros

Tellement fort que leurs appels ont réveillé un homme, Russ Fee, qui logeait dans un camping voisin. Ni une, ni deux, «j'ai mis mes chaussures. Ma femme m'a jeté une lanterne» pour partir à leur rencontre.

Alors que les crocs de l'animal commençaient à se planter dans la jambe du père, une fois sur place, Russ Fee a compris rapidement à qui la famille avait affaire. «C'était assez grand pour que je comprenne immédiatement de quoi il s'agissait», a-t-il expliqué dans l'émission de radio «Calgary Eyeopener». À ce moment précis, Russ Fee est devenu leur héros. «J'ai continué à courir et j'ai donné des coups de pied au niveau de la hanche du loup.» Un geste qu'il explique avoir regretté immédiatement. «J'ai frappé quelqu'un qui ne faisait pas partie de ma catégorie de poids.»

Avant que l'animal n'ait le temps de se retourner contre lui, Matt Rispolis a surgi pour porter secours à son tour à celui qui était venu l'aider, afin de faire fuir l'agresseur.

Le loup a été abattu plus tard dans la journée. «Des tests vétérinaires ont confirmé qu'il était en mauvais état et qu'il approchait probablement de sa fin de vie», a déclaré l'agence gouvernementale dans un communiqué de presse. «Cet état a probablement contribué à son comportement inhabituel.» Le Centre international du loup rassure: «Une personne au pays du loup a plus de chance d'être tuée par la foudre, une piqûre d'abeille ou une collision avec un cerf.»

Newsletters

«Appelle la gendarmerie, j'ai assassiné Marcelle»

«Appelle la gendarmerie, j'ai assassiné Marcelle»

[Épisode 3] Puisque la belle vie était finie, Pierrot a pris une décision radicale: tuer sa femme, diminuée par la maladie, et l'accompagner dans la mort. Mais en ce jour de mai 2020, rien ne s'est passé comme prévu.

Les polémiques racistes abîment la santé mentale de nombreux Français

Les polémiques racistes abîment la santé mentale de nombreux Français

Propos d'Omar Sy, match de foot France-Maroc, voile... Les controverses se multiplient sur les réseaux sociaux comme à la télévision. Avec d'importantes conséquences pour les personnes se sentant visées.

Pourquoi ne porte-t-on plus de chapeaux?

Pourquoi ne porte-t-on plus de chapeaux?

Certes, le couvre-chef sert toujours à éviter l'insolation, à agrémenter une tenue lors de certains événements et peut être porté pour des raisons religieuses. Mais cet accessoire autrefois sur toutes les têtes ne sert plus de marqueur social au quotidien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio