Culture

M. Streep: l'ère du succès des femmes mûres

Temps de lecture : 2 min

«C'est incroyable—j'ai 60 ans, et je joue le rôle principal dans des comédies romantiques!» s'émerveille Meryl Streep. «Bette Davis doit se retourner dans sa tombe. Elle avait 42 ans quand elle a joué dans All About Eve, et 54 pour Qu'est-il arrivé à Baby Jane?»

Le magazine américain Vanity Fair brosse un portrait de l'actrice, célèbre pour des films aussi différents que Voyage au bout de l'Enfer ou Out of Africa, et nominée aux prochains oscars dont la cérémonie se tiendra le 7 mars à Los Angeles.

L'industrie cinématographique a longtemps pensé que la recette du succès résidait dans les films destinés aux hommes jeunes, dans lesquels jouent des femmes jeunes. Les succès des derniers films de Meryl Streep, qu'il s'agisse de Julie & Julia, ou de Pas si simple (avec Alec Baldwin) suscite une bonne dose de consternation. «Le problème n'est pas simplement que les studios oublient que les films pour, ou sur les femmes ont une audience, c'est aussi qu'ils ne savent sincèrement pas comment les vendre commercialement», souligne Nora Ephron, réalisatrice de Julie & Julia.

Meryl Streep a eu un rôle salutaire pour les femmes mûres au cinéma. «Elle a brisé un plafond de verre» s'enthousiasme le réalisateur Mike Nichols.

[Lire l'article complet sur Vanity Fair]

Voir le portfolio

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Mery Streep par Alan Light sur Flickr.


Newsletters

«Succession»: un poème relie tous les épisodes finaux et permet de décrypter le personnage de Kendall

«Succession»: un poème relie tous les épisodes finaux et permet de décrypter le personnage de Kendall

Comme lors des trois saisons précédentes, l'épisode final de la série de HBO tirait son titre d'un poème de John Berryman, «Dream Song 29», que l'on peut voir comme une clé pour comprendre la saga de la famille Roy et notamment de Kendall.

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

[TRIBUNE] Le peuple russe, rendu fataliste par une histoire chaotique, consent à la tyrannie. Et cela, nul ouvrage ne permet mieux de le comprendre que «Souvenirs de la maison des morts».

La bananadine, la drogue la plus fumeuse des années 1960-70

La bananadine, la drogue la plus fumeuse des années 1960-70

En plein mouvement psychédélique, certains se sont fait bananer avec cette «nouvelle drogue à la mode» tirée du fruit jaune.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio