Politique

Jordan Bardella, du Rassemblement national: «J'ai eu honte de la réaction du pouvoir»

Temps de lecture : 2 min

Le porte-parole du Rassemblement national partage son sentiment après la manifestation des «gilets jaunes» à Paris ce weekend.

Jordan Bardella le 26 novembre 2018 | Capture d'écran FTVi
Jordan Bardella le 26 novembre 2018 | Capture d'écran FTVi

Jordan Bardella, porte-parole du Rassemblement national, était l'invité de Gilles Bornstein dans l'Instant politique sur France Info. Interrogé sur les «gilets jaunes» et plus particulièrement sur les affrontements qui ont eu lieu ce samedi 24 novembre sur les Champs-Élysées, il a répondu: «Je crois que le gouvernement a laissé volontairement [...] des tensions pour jeter le discrédit sur l'intégralité du mouvement, pour faire passer les “gilets jaunes” pour des casseurs, or les “gilets jaunes” ne sont pas des casseurs».

À la question de Slate portant sur le prix du ticket de métro parisien, Jordan Bardella a répondu –à juste titre– «1,90 euro», mais n'a pas su donner celui du passe Navigo: «Je ne connais pas le prix du passe Navigo, puisque moi, je le prenais il y a quelques années où j'étais étudiant avec la réduction Imagine R». (Sa réponse complète à 5'46).

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Slate.fr

Newsletters

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Le jaune, le rouge et le brun dessinent un sale drapeau tricolore

Le jaune, le rouge et le brun dessinent un sale drapeau tricolore

Les insultes subies par Alain Finkielkraut samedi 16 février 2019 à Paris sont la goutte d’eau antisémite qui fait déborder le vase populiste des «gilets jaunes». Il est temps que ce mouvement prenne fin.

Newsletters