Monde

Zuma s'excuse pour son 20e enfant

Temps de lecture : 2 min

The Guardian raconte comment le président polygame de l'Afrique du Sud, actuellement marié à trois femmes différentes, s'est excusé d'être le père d'une vingtième progéniture, conçue en dehors du mariage.

Dans un communiqué publié samedi dernier, il s'explique: «Je regrette sincèrement la douleur que j'ai causée à ma famille, à l'ANC, à l'Alliance et aux Sud Africains en général.»

La nouvelle a mis les responsables politiques et la population en émoi. Car la mère de l'enfant, Sonono Khoza, n'est autre que la fille du président du comité local d'organisation de la Coupe du Monde, également vice-président de la South African Football Association.

Dans un pays où près de 5,7 millions de personnes sont atteints du VIH, les associations regrettent que Jacob Zuma, en ayant une relation sexuelle non protégée hors-mariage, ne montre pas plus l'exemple.

Selon The Guardian, les responsables du parti du Président, l'ANC, sont également furieux que Jacob Zuma faille à l'une de ses promesses «de ne plus embarrasser le parti avec d'autres scandales sexuels». L'entourage du président a tout de même payé le "inhlawulo", le tribut traditionnel zulu payé à la famille de la mère pour chaque enfant illégitime.

[lire l'article complet sur The Guardian].

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @slate.fr

Image de une: Jacob Zuma, Wikimedia Commons, World Economic Forum.

Newsletters

Mangez vos mœurs

Mangez vos mœurs

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

La mainmise de Moscou en Afrique semble s'étendre au Burkina Faso après un nouveau coup d'État, salué par le fondateur du groupe de mercenaires russes Wagner. Mais dans les faits, la situation politique reste floue.

Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords

Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords

Entre orientalisme et ethnocentrisme, la vision occidentale des événements qui ont suivi la mort de Mahsa Amini souffre souvent d'une vraie méconnaissance des enjeux locaux, quand elle ne tombe pas carrément dans une forme d'instrumentalisation.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio