Santé

Le prix d'un médicament augmente de 600% pour capitaliser sur l’épidémie d’overdoses

Temps de lecture : 2 min

Le prix d’un traitement qui peut sauver d’une surdose d'opioïdes a été multiplié par sept alors que les États-Unis traversent une crise sans précédent.

Le médicament a coûté plusieurs millions de dollars au service de santé américain | Jair Lázaro via Unsplash CC License by

Les États-Unis traversent en ce moment une grave crise liée aux opioïdes. Rien qu’en 2017, 49.000 personnes sont mortes d’une surdose de ces antidouleurs. Heureusement, il existe un médicament appelé naxolone qui, dans certains cas, peut inverser rapidement les effets d’une overdose d’opioïdes. Il a ainsi sauvé des milliers de vies et est indispensable aux premiers secours.

Kaléo, le laboratoire qui produit le médicament EVZIO, une forme de naxolone, a décidé de profiter du besoin vital de son produit pour en augmenter le prix. Vendu à l’orgine 575 dollars (503 euros) en 2014, il a grimpé à 4.100 dollars (3.587 euros) en 2017. Soit sept fois plus cher.

Cette hausse drastique a mené à une investigation par le Sénat des États-Unis. Dans leur rapport, les enquêteurs concluent que le laboratoire a «exploité la crise des opioïdes». En effet, lors la première hausse de prix en 2016, le nouveau business plan de la société pharmaceutique précisait que «2016 est un moment critique pour notre succès à long terme» et que l’augmentation du prix serait un moyen de «capitaliser sur l’opportunité» que représentent «les overdoses d’opioïdes à des niveaux épidémiques».

Des millions de dollars aux contribuables

Heureusement, EVZIO, qui se présente sous forme d’auto-injecteur (similaire aux seringues d’insuline) n’est pas l’unique traitement au naxolone sur le marché. Il existe des solutions moins chères. Un spray nasal est aussi disponible, ainsi qu’une version générique.

En tout, le Sénat estime qu’EVZIO a coûté 142 millions de dollars aux contribuables américains en seulement quatre ans, car Kaléo s’est arrangé pour que les médecins qui prescrivent leur EVZIO remplissent des formulaires précisant que le médicament est une nécessité médicale. Ainsi, il peut être remboursé par les services de sécurité sociale comme Medicare et Medicaid, au détriment de solutions moins coûteuses.

Kaléo a répondu que son médicament a sauvé plus de 5.000 vies et qu’elle n’a jamais fait de profit dessus. Elle assure que ce sont «les patients, pas les profits» qui ont dirigé ses actions.

Slate.fr

Outbrain
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.