Politique

Mouvement des gilets jaunes: Macron en pleine tempête

Temps de lecture : 2 min

L’exécutif a tenté de s'expliquer, mais cela ne semble pas suffisant.

Jusque récemment les Français et Françaises semblaient approuver globalement l’esprit de réforme du président. Mais quelque chose s'est brisé et le mouvement des «gilets jaunes» pourrait bien cristalliser ce tournant.

Pourquoi les autres réformes sont-elles passées sans encombre et pas celle du prix des carburants? Est-ce une colère ponctuelle ou y a-t-il une lame de fond? D'où vient fondamentalement cet affaiblissement d'Emmanuel Macron?

«Pourquoi ça a marché pour la réforme de la SNCF? Pour la réforme du code du travail? Parce qu'elles n'étaient pas concernantes pour tout le monde. Là, le carburant ça touche tout le monde, explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Nous avons diffusé une question toute simple dans un sondage Ifop hier: “Êtes-vous dépendant de votre voiture dans votre vie quotidienne?”. 69% des Français répondent par l'affirmative; 88% dans les zones rurales.»

Frédéric Dabi, politologue et directeur général adjoint de l’Ifop, Alexandre Malafaye, président du think tank Synopia et Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, en débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24, en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

Intervenant publiquement pour la première fois depuis dix-huit mois, l’ancien Premier ministre ne parvient pas à résoudre les contradictions de la social-démocratie en Europe.

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Newsletters