Égalités / Monde

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Temps de lecture : 2 min

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Un robinet | « м Ħ ж » via Flickr CC License by
Un robinet | « м Ħ ж » via Flickr CC License by

Pour boire un verre d'eau, ou même pour prendre une douche, certaines communautés des Premières Nations canadiennes ne peuvent pas se contenter d'ouvrir le robinet. Dans de nombreuses réserves du pays, l'eau courante est contaminée par les algues bleues, ou encore par des bactéries ou du mercure, rappelle dans un récent article le Washington Post.

Gérés par le Gouvernement fédéral, de nombreux systèmes d'épuration font de ce fait l'objet d'avis de non-consommation de l'eau. Certains sont entrés en vigueur récemment, mais d'autres durent depuis des années: «À Neskantaga, une réserve isolée du Nord de l'Ontario, les résidents font bouillir leur eau depuis 23 ans, décrit le Washington Post, après la panne d'une station de traitement construite en 1993.»

En novembre 2015, 105 avis préventifs «de longue durée» étaient en vigueur. Depuis, 71 ont été levés, mais 35 nouveaux ont dépassé le délai de 12 mois correspondant à cette définition. En résumé, 69 stations canadiennes fournissent de l'eau non potable depuis plus d'un an. «Et il y a toujours un risque qu'une nouvelle station rejoigne cette longue liste, ou qu'un avis de "courte durée" soit prolongé au-delà de 12 mois», prévient le quotidien américain.

Pourtant, le Gouvernement Trudeau a déjà dépensé 2 milliards d'euros pour mettre fin à ce fléau digne du «tiers-monde», selon les mots du chef d'une des réserves concernées. Une somme qui reste insuffisante, indiquait dans un rapport de 2017 un comité de surveillance.

Lourdeurs administratives et manque de personnel

Tout cet argent ne semble en effet pas suffire pour lever toutes les «lourdeurs administratives» qui empêchent de remettre en état de marche les stations défaillantes. Des études de faisabilité, des mesures, des plans, des remises aux normes... les démarches n'en finissent plus pour que les avis restrictifs prennent fin. «Je sais qu'il y a une volonté politique de la part du Premier ministre, remarque Erwin Redsky, chef d'une réserve indigène de quelques 290 personnes, mais si la bureaucratie ne change pas, rien ne changera».

Et quand bien même elles viendraient à bout de la paperasse administrative, les réserves peinent ensuite à trouver du personnel qualifié pour travailler dans ces stations de traitement des eaux; les opérateurs sont mieux formés, et mieux payés dans les grandes villes. Le Gouvernement soutient en ce sens des programmes visant à inciter ces techniciens à rester dans les réserves.

Justin Trudeau a promis que les avis de «long terme» interdisant la consommation d'eau courante seraient levés d'ici mars 2021. Mais après des années à se méfier de l'eau du robinet, les autochtones vont-ils vraiment oser la boire? Dawn Martin-Hill, professeur d'anthropologie et résident de la réserve des Six Nations, assure qu'un «problème plus important mettra plus longtemps à être résolu»: la confiance des habitants en l'eau de leur robinet.

Newsletters

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

La fluidité de genre se dégageant de certains personnages de mangas animés a ému nombre d'adolescents qui, désormais adultes, se définissent comme non binaires.

Vivement lundi: l'interruption volontaire de grossesse

Vivement lundi: l'interruption volontaire de grossesse

Un vêtement qui glisse et échoue sur le sol: voilà la seule chose tragique qui devrait vous arriver avec un cintre. Malheureusement, et j'ai peine à le dire tant je pense qu'il est plein de poussière, tous les pays du monde n'ont pas la chance d'avoir notre Sénat.

Pourquoi la culture drag est dans le viseur de la droite identitaire

Pourquoi la culture drag est dans le viseur de la droite identitaire

Depuis quelques semaines, les actions anti-drag queens se multiplient à travers la France. Un phénomène inquiétant, déjà observé aux États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio