Monde

Les Britanniques doivent coopérer davantage avec la France

Temps de lecture : 2 min

Le ministre britannique de la Défense Bob Ainsworth a expliqué mercredi 3 février que les forces armées britanniques devraient coopérer plus étroitement à l'avenir avec leurs alliés étrangers et notamment avec la France, pour avoir un éventail complet d'infrastructures de défense.

Dans un livre vert sur la révision stratégique de la défense britannique après les élections générales, Bob Ainsworth a lancé un avertissement: les forces armées devront faire des choix difficiles dans les années à venir.

Dans un discours devant la chambre basse, le secrétaire d'Etat a déclaré:

Mon jugement, c'est que les conflits et l'instabilité de notre époque seront des risques permanents. Face à ces menaces, aucune nation ne peut espérer couvrir tous les aspects de sa sécurité nationale en agissant seule.

Soulignant que les Etats-Unis demeuraient le premier allié des Britanniques, Ainsworth a précisé: «En Europe, le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan offre des opportunités nouvelles pour une plus grande coopération avec un partenaire clé dans de nombreuses activités de défense.»

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: commandos britanniques en Afghanistan via Flickr

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio