Culture

Mort de l'historien engagé Howard Zinn

Temps de lecture : 2 min

L'historien Howard Zinn, enseignant à l'Université de Boston, est mort à l'âge de 87 ans. Son livre le plus connu  «Une Histoire populaire des Etats-Unis», publié en 1980, proposait une lecture alternative et critique de l'histoire de son pays, célébrant les travailleurs et les féministes.

Historien de gauche et engagé, ce qu'il revendiquait dans son autobiographie «You Can't Be Neutral on a Moving Train», il s'était notamment beaucoup mobilisé lors de la guerre du Vietnam, rapporte le Boston Globe.

«Il a contribué de façon extraordinaire à la culture morale et intellectuelle des Etats-Unis. Il a changé la conscience de l'Amérique d'une façon très constructive. A la fois par ses actions et par ses écrits, il a joué un rôle très important pour aider et d'une certaine façon inspirer le mouvement pour les droits civiques et le mouvement pacifiste», a déclaré le linguiste et intellectuel de gauche Noam Chomsky. Il comptait aussi parmi ses admirateurs les acteurs Ben Affleck et Matt Damon.

[Lire l'article complet sur Boston Globe]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Howard Zinn via Flickr

Newsletters

Les Romains embrassaient les femmes pour détecter le vin dans leur haleine

Les Romains embrassaient les femmes pour détecter le vin dans leur haleine

Et les punissaient pour leur consommation d'alcool.

«Succession»: un poème relie tous les épisodes finaux et permet de décrypter le personnage de Kendall

«Succession»: un poème relie tous les épisodes finaux et permet de décrypter le personnage de Kendall

Comme lors des trois saisons précédentes, l'épisode final de la série de HBO tirait son titre d'un poème de John Berryman, «Dream Song 29», que l'on peut voir comme une clé pour comprendre la saga de la famille Roy et notamment de Kendall.

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

[TRIBUNE] Le peuple russe, rendu fataliste par une histoire chaotique, consent à la tyrannie. Et cela, nul ouvrage ne permet mieux de le comprendre que «Souvenirs de la maison des morts».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio