Politique

Richard Ferrand l'assure, «chez LREM, l’expression est libre»

Temps de lecture : 2 min

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale s'est aussi exprimé sur le limogeage de Virginie Calmels.

Richard Ferrand | Capture écran france info
Richard Ferrand | Capture écran france info

Richard Ferrand, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, était l'invité de l'Instant Politique sur France info ce lundi 18 juin. Interrogé sur le limogeage de Virginie Calmels par Laurent Wauquiez, il a ironisé sur la situation du leader de l’opposition: «Lui exclut, moi je rassemble». Faisant le parallèle avec les discussions internes à la majorité lors du vote de la loi Asile et immigration, il a ajouté: «Chez nous, l’expression est libre».

À propos de l’arrivée ce week-end de l’Aquarius en Espagne, l’ancien ministre a appelé à une réponse européenne sur la question des migrations: «Il faut bien prendre la mesure que c’est à l’échelle de l’Europe qu’il faut travailler» et d’ajouter «la première chose à faire c’est de lutter contre les réseaux de passeurs».

À la question de Slate sur le décret de limitation à 80 km/h de certaines routes, Richard Ferrand a répondu par un souvenir personnel, celui de ses parents râlant contre le port obligatoire de la ceinture de sécurité imposé en 1973. Et de commenter: «Aujourd'hui qui imaginerait circuler sans ceinture de sécurité?».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

Intervenant publiquement pour la première fois depuis dix-huit mois, l’ancien Premier ministre ne parvient pas à résoudre les contradictions de la social-démocratie en Europe.

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Newsletters