Monde

Kim Jong-un a apporté ses propres toilettes au sommet de Singapour

Temps de lecture : 2 min

Par sécurité.

Le caca ne fait pas sourire Kim  | Capture d'écran The Emoji movie via Youtube CC License by
Le caca ne fait pas sourire Kim | Capture d'écran The Emoji movie via Youtube CC License by

Le sommet de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un signe une rencontre historique. Outre le sujet principal –la signature d'un texte commun sur la dénucléarisation de la Corée du Nord– on a aussi pu découvrir ce qu’ils ont mangé, où ils ont dormi, comment ils se sont salués, avec quelle boisson ils ont trinqué. L'événement a été plannifié méticuleusement. Mais un détail, assez étrange, retient l'attention: Kim aurait amené ses propres toilettes au sommet.

Et cela n'a rien d'extraordinaire pour le dirigeant nord-coréen. Dans chaque transport qu'il emprunte, il fait installer des WC personnels. Idem quand il est en déplacement. Lee Yun-Keol, un ancien garde qui a quitté le pays en 2005, raconte au Whashington Post que Kim pense que «ses excrèments contiennent des informations sur sa santé qui ne peuvent pas être laissés derrière lui». Certains médias corréens expliquent que les toilettes portables «empêchent des plongueurs déterminés de fouiller les égouts pour avoir un apperçu des selles du leader suprême».

Les selles ne sont pas transparentes

La validité des doutes –ou de la paranoïa?– de Kim Jong-un est discutable. Certes, les excréments humains nous renseignent assez facilement sur le régime alimentaire d'une personne et sur son éventuel état de constipation. Mais l'obésité de Kim et sa dépendance au tabac ne sont pas des secrets.

Kim Jong-un aurait déjà une équipe de médecins chargée d'examiner sa matière fécale afin de s'assurer de sa bonne santé. En effet, ses déjections pourraient aussi révéler des problèmes d'hypertension, ou de diabète. Si du sang apparaît dans les selles, celui-ci pourrait être le signe d’hémorragie interne, de cancer ou d'autres gros soucis de santé. En revanche, personne ne peut comprendre comment il pense juste en regardant son caca.

Finalement, le leader nord-coréen espère peut-être que le secret qui entoure l'intégralité de sa vie privée, y compris sa santé, puisse être un atout dans les négociations. Kim Jong-un en sait beaucoup plus sur les détails de la vie de Trump que l'inverse.

La pratique du dirigeant nord-coréen n'est pas sans rappeler l'obsession d'un autre leader, Joseph Staline. En effet, la police secrète de Staline inspectait les excréments d'autres dirigeants dans un laboratoire secret. Certains agents auraient notamment récupéré les déjections de Mao Tsé-Toung lors de l'une de ses visites à Moscou en 1949. Le Soviétique espérait en apprendre un peu plus sur la personnalité de ses ennemis.

Slate.fr

Newsletters

Le département d’État américain se protège trop souvent avec de simples mots de passe

Le département d’État américain se protège trop souvent avec de simples mots de passe

Un groupe du sénat alerte Mike Pompeo sur les lacunes de sécurité informatique de son département.

Qui a aidé les nazis à s'exfiltrer d'Europe?

Qui a aidé les nazis à s'exfiltrer d'Europe?

Pour éviter d'être jugés pour leurs crimes, les nazis en fuite se sont mêlés à la foule des réfugiés rentrant chez eux à la fin de la guerre.

Le Labour est-il tombé dans le panneau des anti-avortement?

Le Labour est-il tombé dans le panneau des anti-avortement?

Une parlementaire anglaise veut que le gouvernement prenne des mesures contre les «IVG sélectives» supposément entreprises pour ne pas avoir de filles. Un phénomène pourtant très largement exagéré par les «prolife».

Newsletters