Politique

Pierre Moscovici favorable au congé parental (même pour lui)

Temps de lecture : 2 min

La version européenne prévoit un congé de quatre mois pour chaque parent.

Pierre Moscovici, invité le L'Instant politique le 28 mai 2018 | Capture écran france info
Pierre Moscovici, invité le L'Instant politique le 28 mai 2018 | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info lundi 28 mai, Pierre Moscovici s'est souvenu de l'homme qu'était Serge Dassault, «le capitaine d'industrie» et «un homme de presse avec une influence considérable». Il a ainsi décrit un «homme chaleureux, capable de pragmatisme et de proximité dans les relations humaines».

À propos des remous qui secouent actuellement la vie politique italienne, le commissaire européen a affirmé qu'il ne fallait pas «faire un procès à Sergio Mattarella», qui a refusé de nommer Paolo Savona ministre des Finances. Enfin, le commissaire européen a salué la décision par le gouvernement français concernant la reprise de 35 milliards de la dette de la SNCF.

Pierre Moscovici a répondu à la question de Slate (à 10'30), partenaire de l'émission, portant sur la version européenne du congé parental, qui prévoit un congé de quatre mois pour chaque parent. L'ancien ministre, qui va être bientôt papa, soutient cette mesure et a confié qu'à titre personnel, il prendrait «un congé paternité d'à peu près une dizaine de jours».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

Intervenant publiquement pour la première fois depuis dix-huit mois, l’ancien Premier ministre ne parvient pas à résoudre les contradictions de la social-démocratie en Europe.

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Newsletters