Égalités / Monde

Au Japon, une employée forcée de s'excuser d'être tombée enceinte

Temps de lecture : 2 min

Certaines entreprises japonaises ont des plannings spécifiant à quel moment chaque employée peut se marier ou tomber enceinte.

Une femme enceinte à son bureau à Tokyo. | Yoshikazu Tsuno / AFP
Une femme enceinte à son bureau à Tokyo. | Yoshikazu Tsuno / AFP

Une employée d'une crèche privée de la préfecture d'Aichi dans le nord du Japon a été réprimandée par son patron pour ne pas avoir respecté le calendrier de grossesse de son entreprise. En effet, la crèche a un système de rotation au nom duquel chaque salariée bénéficie d'une période pendant laquelle elle peut se marier ou tomber enceinte. Normalement... chacune doit attendre son tour.

Le mari de l'employée réprimandée, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a écrit une lettre ouverte dans le journal Mainichi Shimbun pour dénoncer cette situation:

«Le directeur de la crèche où elle travaille avait déterminé un ordre dans lequel les travailleuses pouvaient se marier ou tomber enceinte, et selon une règle tacite, chacune devait attendre et ne pas prendre la place d'une employée plus haut placée.»

Le couple a eu un entretien avec le directeur au cours duquel il s'est excusé de cette grossesse. Le mari révèle que sa femme a malgré tout été réprimandée sur son lieu de travail pour son supposé «égoïsme». Selon lui, cet incident montre à quel point la société japonaise demeure «rétrograde».

Suite à la publication de cette lettre, de nombreux Japonais ont exprimé leur soutien pour le couple, et plusieurs femmes ont relaté des pressions similaires. En effet, ce genre de planning n'est pas rare dans les entreprises où la majorité des employées sont des femmes.

Le Mainichi Shimbun relate le cas d'une femme de 26 ans dont la supérieure lui a dit qu'elle ne pourrait avoir d'enfant qu'à partir de 35 ans. Selon cette employée du secteur des produits cosmétiques, ses collègues et elle ont reçu un email avec un planning des périodes de grossesse autorisées pour chacune.

«Les comportements égoïstes seront punis», spécifiait le message.

Un sondage de 2015 avait révélé que la moitié des femmes actives japonaises enceintes subissaient une forme de harcèlement (connu sous le nom de «matahara») et que 20% d'entre elles avaient été licenciées une fois enceintes.

Slate.fr

Newsletters

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

«À l’occasion d’un exercice d’incendie qui nous avait tous fait sortir du bâtiment, je me suis aperçue que j’étais… la seule personne noire de tout l’immeuble évacué», raconte une journaliste.

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

Les critiques pleuvent sur «Nicky Larson et le parfum de Cupidon», accusé d'être graveleux, misogyne et homophobe. Ce n'est pourtant pas la seule façon de cerner le film.

Au tribunal, le sexisme fait encore recette

Au tribunal, le sexisme fait encore recette

À l'ère de MeToo, la misogynie continue à servir d'argument dans les plaidoiries des procès pour violences sexistes.

Newsletters