Monde

Le Premier ministre thaïlandais se fait remplacer par une silhouette en carton pour éviter les journalistes

Temps de lecture : 2 min

Les reporters ont été sommés de poser leurs questions politiques à une photo grandeur nature.

Capture d'écran via Twitter
Capture d'écran via Twitter

Il est arrivé que Donald Trump traite les journalistes de menteurs au lieu de répondre à leurs questions, mais le Premier ministre thaïlandais a une tactique encore plus imparable: se faire remplacer par une photo cartonnée.

En effet, après une courte conférence de presse sur la «journée de l'enfant», le général Prayuth Chan-ocha a annoncé qu'il ne répondrait à aucune question politique. Un de ses assistants a aussitôt apporté une silhouette en carton de Prayuth, et le Premier ministre a dit aux reporters en pointant la photo du doigt: «Si vous voulez poser des questions sur la politique et les conflits, demandez à ce type.»

Il est ensuite parti, sous les rires et les cris amusés du public de journalistes, qui ont plutôt bien pris la «plaisanterie» du général. Après son départ, les reporters et plusieurs passants se sont pris en photos avec la silhouette en carton.

Attitude problématique envers les médias

Comme le précise l'Associated Press, ce n'est pas la première fois que Prayuth, qui a pris le pouvoir lors d'un coup d'État en 2014, a une attitude problématique envers les médias.

Il lui est arrivé de tripoter l'oreille d'un technicien du son pendant une conférence de presse, de jeter une peau de banane à un caméraman et de déclarer qu'il exécuterait les journalistes qui le critiquent. Ces menaces sont à prendre au sérieux: selon Reporters Sans Frontières, la junte au pouvoir «surveille les journalistes en permanence et les convoque fréquemment pour des interrogatoires ou des détentions arbitraires».

Les mauvaises blagues de leaders autoritaires envers les journalistes sont à la mode en ce début d'année: le président du Venezuela Nicola Maduro vient de décerner des «prix» des pires médias, pour dénoncer les organisations qui racontent les réels problèmes de son pays (Bloomberg et le Miami Herald étaient en tête). Cette «cérémonie» était probablement inspirée par Trump, qui a déclaré qu'il remettrait des prix des pires Fake News le 17 janvier prochain.

Newsletters

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

Coup d'État au Burkina Faso: une influence russe en trompe-l'œil

La mainmise de Moscou en Afrique semble s'étendre au Burkina Faso après un nouveau coup d'État, salué par le fondateur du groupe de mercenaires russes Wagner. Mais dans les faits, la situation politique reste floue.

Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords

Comprendre la révolte iranienne sans céder aux récupérations de tous bords

Entre orientalisme et ethnocentrisme, la vision occidentale des événements qui ont suivi la mort de Mahsa Amini souffre souvent d'une vraie méconnaissance des enjeux locaux, quand elle ne tombe pas carrément dans une forme d'instrumentalisation.

La présidentielle au Brésil vue depuis les groupes Telegram pro-Bolsonaro

La présidentielle au Brésil vue depuis les groupes Telegram pro-Bolsonaro

Pour les bolsonaristes, le premier tour de l'élection a été truqué et Lula a bien évidemment triché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio