Culture

Scandale, ma pianiste joue du Rachmaninov en jupe sexy (et alors?)

Aliette de Laleu, mis à jour le 29.12.2017 à 14 h 43

Depuis quelques années, une poignée de musiciennes s’affranchit des codes vestimentaires du concert de musique classique pour sortir mini jupes, robes sexy et talons hauts. Et ça ne passe pas du tout.

Yuja Wang I DANIEL MIHAILESCU / AFP

Yuja Wang I DANIEL MIHAILESCU / AFP

Oui, il existe des codes vestimentaires en musique classique. Non, ne cherchez pas, ces codes ne sont pas écrits noir sur blanc dans des vieux bouquins, ils sont simplement ancrés dans nos mentalités depuis longtemps. Depuis le début de sa carrière, la pianiste star Yuja Wang en fait les frais.

Grâce à sa virtuosité, son jeu exceptionnel et sa sensibilité, cette musicienne chinoise âgée de 30 ans joue avec les orchestres les plus prestigieux du monde, dans les plus belles salles qui affichent complet à chacun de ses passages. Yuja Wang est aussi l’une des artistes classiques les plus critiquées aujourd’hui. Pas vraiment pour son jeu pianistique, elle est surtout critiquée pour ses tenues de concert.

Début décembre, un critique musical britannique, Norman Lebrecht, connu pour son amour des potins et autres faits divers du milieu classique, a publié un article sur son blog: «Now Yuja Wang comes out in her undies» («Maintenant, Yuja Wang vient en sous-vêtements»). Il reprend les termes d’une revue de concert publiée dans le Washington Post, montrant une photo de la pianiste en robe noire courte pendant ce fameux concert, et conclut son billet: «You kinda wonder why» («On se demande pourquoi»).

L'article du Washington Post

«Je m'habille comme une femme de 26 ans»

 

Oui, on se demande bien pourquoi. Pourquoi on est obligé, en 2017, de se coltiner ce genre de réflexion sur les tenues des musiciennes classiques. Si Norman Lebrecht était un cas isolé, l’histoire pourrait s’arrêter là. Mais il suffit d’aller voir n’importe quelle vidéo de Yuja Wang sur YouTube pour voir défiler dans les commentaires bon nombre de critiques et insultes envers la pianiste. Il suffit de prononcer son nom en présence de mélomanes pour lancer des débats sans fin sur comment une artiste classique doit s’habiller. Et il suffit de lire quelques revues de concert pour constater que certains critiques donnent autant d’importance à la musique qu’à ses tenues.

D'interviews en interviews, Yuja Wang s'est déjà largement exprimée sur ses choix vestimentaires. En 2014, elle expliquait au Telegraph qu'elle portera des robes plus longues quand elle aura la quarantaine. «J'ai 26 ans, je m'habille comme une femme de 26 ans.» Dans un long portrait publié dans le New Yorker en 2016, le journaliste expliquait qu'au-delà d'une question de mode, ce choix vestimentaire répondait d'abord à des critères très pratiques. Yuja Wang est si petite qu'il lui est difficile de trouver des vêtements adaptés à sa taille qui la mettent en valeur. En 2013, le critique musical du New York Times Zachary Woolfe mettait ainsi en exergue le contraste de son physique menu avec la force qu'elle était capable d'accomplir avec ses mains.

La musique classique, c’est du sérieux

 

Alors pourquoi jouer Chopin en robe courte provoque autant de remous? Est-ce à dire que le concert classique n’a pas vraiment évolué depuis la fin du XIXe siècle? À certains égards, des codes ont bien traversé le temps, gardiens d'une tradition: salle silencieuse, applaudissements réglementés (toute personne tenté d’applaudir entre deux mouvements d’une symphonie risque sa vie), orchestre uniformisé et public assez bien sapé. Bref, la musique classique, c’est du sérieux. Donc une artiste qui arrive en mini jupe pour jouer le concerto pour piano de Rachmaninov, c’est un peu comme si quelqu’un débarquait en combinaison jaune fluo à un enterrement. 

Même si je n’aime pas le rappeler, ce public est en grande partie constitué de personnes âgées. En 2015, le sociologue Stéphane Dorin publie une enquête Les publics de la musique classique vivante et avance l’âge médian des amateurs de concerts classique: 61 ans. Ce phénomène de vieillissement du public s’accélère depuis les annés 1980, pendant que les artistes, eux, montent sur scène de plus en plus jeunes. Certains se fondent dans le moule traditionnel du concert classique, par choix, par goût ou par volonté de ne pas faire de vague.

Mais d’autres comme Yuja Wang, Khatia Buniatishvili ou Simon Ghraichy (pour ne citer qu’eux) veulent donner une image plus moderne, plus sexy, moins coincé de ce milieu. Casser un peu les codes. «Ce que les jeunes apprécient dans mes concerts, comme dans des concerts de rock, c'est que je donne tout sur scène. Il n'y a pas de limites à la performance, comme s'il n'y avait pas de lendemain», avance la pianiste géorgienne dans une interview à France 24 qui évoque chez elle l'expression d'une «énergie animale».

Khatia Buniatishvili : ROMAIN LAFABREGUE / AFP  II  Simon Ghraichy : BORIS HORVAT / AFP

L’artiste doit-il s’effacer pour la musique?

 

C’est aussi un conflit idéologique. En musique classique, l’artiste sert la musique. Il ou elle se fait l’interprète d’une œuvre composée par un ou une autre. Il s’efface au profit du son. Pourquoi se mettre en avant dans des habits affriolants si le plus important c’est de faire honneur à l’œuvre de Frédéric Chopin ou Fanny Mendelssohn? Cet argument oublie que l'interprète n’est pas un robot qui exécute un morceau à la perfection. L’artiste classique, pour briller, doit mettre toute son âme dans la musique. Si les Vladimir Horowitz, Glenn Gould, Clara Haskil (pour ne rester que dans les pianistes), n’avaient pas mis toute leur personnalité dans la musique, l’histoire ne les aurait pas retenus.

Khatia Buniatishivili, talentueuse pianiste georgienne, passe ses journées sur des talons de 12 cm. Elle ne va pas changer son look en arrivant sur scène, juste pour respecter un soi-disant code du concert. Non, elle débarque en talons, robe à paillette, décolleté dans le dos parce que c’est elle, tout simplement. Ce qui ne veut pas dire que toutes les artistes aujourd’hui doivent suivre cet exemple et se mettre à la mode Yuja/Khatia. Au contraire. Pour bien servir la musique, il faut se sentir en accord avec soi-même.

Y a plus d’respect

 

Je rêve du jour où on débarquera en jean/baskets pour jouer du Bach. J'entends déjà les «Où est le respect?!» s’élever. Mais quel respect? Pour l'artiste qui a composé l'œuvre? Quand l'interprète répète, il ou elle ne se met pas en smoking ou robe longue. Respect pour le lieu? En 2017, il est fini le temps où aller au concert est un acte purement mondain. Il est grand temps de se détendre et d'accepter diversité, décontraction et bienveillance, avant, pendant, et après le concert. Enfin respect pour le public? Là, c’est plus compliqué. Chaque personne dans la salle a ses envies, ses goûts, ses attente et son avis. Un concert ce n’est pas simplement de la musique.

Là aussi, il y a deux écoles. Ceux qui sont là pour écouter l'œuvre et ceux qui sont là pour apprécier la performance. Les premiers voient dans les tenues sexys des interprètes une forme de distraction qui n'est pas la bienvenue. C'est un peu le sens du court message de Norman Lebrecht: «On se demande bien pourquoi.» Comme si le spectacle n'avait pas sa place en dehors de la musique et son interprétation.

En 2010, pourtant, le Telegraph avertissait déjà: «Malheureusement, les tenues que portent les interprètent comptent aussi». «L'élégance inspire la confiance», écrivait le journal britannique qui se félicitait de l'amélioration du nouveau moyen en terme de style sur les dernières décennies. D'autres vont encore plus loin, faisant du plaisir visuel des tenues une partie à part entière du spectacle. Toujours dans son texte sur le concert de Yuja Wang au Carnegie Hall, Zachary Woolfe confessait que 90% de son attention était concentrée sur son jeu et 10% –qu'il qualifiait de crucial– sur sa courte robe couleur flamme.

Un fond de sexisme

 

Le problème, c’est que cette critique sur la tenue des interprètes de musique classique vise surtout les femmes. Simon Ghraichy, mentionné plus haut, est un jeune pianiste français. Cheveux bouclés un peu longs, veste en cuir, chaussures à paillettes et barbe naissante, il casse à sa manière l’image de la musique classique. Dans la presse, les échos à ce personnage sont unanimes: c’est LA rock star du classique. On parle de son look de manière positive: il remue les tripes de l’auditoire dans Paris Match, il rajeunit le festival de la Chaise Dieu dans CultureBox, il secoue le classique dans Le Figaro.

Un traitement médiatique tout autre quand on regarde ce qui est publié sur Khatia Buniatishvili (pourtant plus connue que Simon Ghraichy) dans la presse française. Elle devient la Betty Boop du piano dans Madame Figaro, a une «trop forte personnalité» pour Le Monde qui souligne «la profondeur de décolletés plus que suggestifs» et «une plastique superbe et généreuse» et dans Paris Match elle éblouit «par son génie musical autant que par un sex-appeal qu’elle met en valeur».

Aux hommes l’audace et le génie musical. Aux femmes la sexualisation du corps derrière le génie musical. Comme si les deux étaient incompatibles. Une femme talentueuse qui se met en avant par son style, ses tenues, devient tout de suite un objet marketing. Le monde du classique n’échappe pas à la glamourisation des artistes. Sois douée, jeune, fraîche, intelligente, belle, sexy, bien habillée et on pourra vendre des disques et remplir des salles.

La tragédie de la Callas

 

Mais ce phénomène est loin d’être récent. Dans les années 1950, la chanteuse Maria Callas a perdu 30 kilos en moins de deux ans pour paraître «plus belle» selon les critères de beauté de l’époque (qui persistent encore aujourd’hui). La diva voulait ressembler à son idole, Audrey Hepburn. Pari réussi mais risqué. Ce régime drastique a tué non seulement sa voix, mais serait aussi probablement l’origine de son décès. Deux scientifiques ont cherché à déterminer la mort prématurée de la diva. Cette perte de poids soudaine pourrait être à l’origine de la maladie qui a tué la cantatrice.  

L’injonction à être belle et sexy est pesante pour de nombreuses musiciennes et chanteuses. Mais derrière l’apparence, il y a le talent. Personne n’est dupe. On ne peut pas percer dans ce milieu uniquement avec des jolies robes à paillettes et un visage de poupée pour faire le buzz. Ou on s’appelle Lola Astanova, et la preuve: cette pianiste russo-américaine ne perce pas dans le milieu mais juste sur son compte Instagram aux 271.000 abonnés.


Pour se faire accepter dans le monde ultra sélectif de la musique classique, les artistes doivent redoubler d’inventivité, de génie, d’audace. Pour se faire accepter auprès du grand public, ils doivent redoubler de charisme, de répartie, de décontraction. Et cela passe souvent par le physique. Les médias généralistes se font l’écho des artistes extra-ordinaires. Et tant mieux!

La musique classique a besoin de cette exposition-là et si Yuja Wang, Simon Ghraichy ou Khatia Buniatishvili peuvent convaincre n’importe quel néophyte de franchir les portes d’un concert classique ou d’aller regarder une vidéo YouTube d’un concerto pour piano de Schumann en entier, on a tout gagné.

Retrouvez toutes les chroniques d'Aliette de Laleu sur France Musique
Aliette de Laleu
Aliette de Laleu (3 articles)
 Journaliste spécialisée en musique classique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte