Sciences / Santé

«J'étais consciente qu'il était loin de s’imaginer qu’il ait pu se passer une histoire entre son grand frère et moi»

Temps de lecture : 5 min

Cette semaine, Lucile conseille Hélène, une femme qui est tombée amoureuse d'un homme, dont elle connaissait déjà un peu trop intimement une partie de la famille.

Snap the Whip  | par Winslow Homer via Wikimedia CC License by
Snap the Whip | par Winslow Homer via Wikimedia CC License by
«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Alors voilà, cette histoire s’est déroulée il y a à peu près deux mois, deux mois où j’ai rencontré un homme. Histoire banale à première vue mais cet homme n’est autre que le frère d'un autre avec qui (appelons ça ainsi) j’ai flirté il y a trois ans de cela. Par souci de précision, je tiens à souligner qu’avec ce dernier, j’ai eu une histoire purement sexuelle, sans engagement ni débordements sentimentaux. Il se trouve que cet été, j’ai rencontré son petite frère; un homme très séduisant, sympa et par-dessus tout intéressant.

Le courant est très vite passé. Plus que tout, j’ai ressenti une certaine alchimie que je n’arrivais presque pas ressentir pour aucun autre homme avant, une certaine fluidité. J’étais consciente que le petit frère était loin de s’imaginer qu’il ait pu se passer une histoire entre son grand frère et moi. Et pour être tout à fait honnête, je me suis gardée de le lui dire le premier soir où je l’ai vu, non pas par malhonnêteté mais j’estimais que je n’avais pas à parler de ce genre de détails de ma vie privée à quelqu’un que je venais de rencontrer.

Pendant cette première soirée, j’ai très vite senti que je lui plaisais. Il buvait mes paroles avec un regard d’enfant mais moi je brûlais de l’intérieur. J’étais en proie à l’inquiétude; dans quoi je me suis embarquée? Coup de théâtre, après quelques heures de discussion, il m’embrasse et je me dis: «Tu es foutue ma vieille.»

Ce fut magique, bouleversant, sensuel… Ce dernier me rappelle le lendemain matin (neuf heure pétante) pour me dire à quel point il avait passé un agréable soirée. J’ai passé trois jours à ruminer, tourmentée à l’idée de savoir comment vais-je lui annoncer mon ancienne «histoire» avec son frère. Comment réagira-t-il?

Je décide de l’inviter à une soirée chez moi avec des amis, il accepte avec grand enthousiasme. La soirée était plus que parfaite, je l’ai senti entièrement à l’aise avec mes amis qui eux aussi l’avaient très bien intégrés. Tout le monde me disait (discrètement) à quel point il me dévorait des yeux, qu'il semblait entièrement sous mon charme et cela me mettait encore plus la pression. Quand la soirée toucha à sa fin avec quelques verres dans le compteur, j’ai enfin décidé de me jeter à l’eau.

Je lui annonçai les yeux dans les yeux qu’avec son grand frère nous avions flirté. Dès lors, son visage commença à se décomposer, virant tantôt vers le rouge et tantôt vers le mauve. J’étais fort gênée devant cet homme en état de choc. Je lui pose la question suivante: «Est-ce que pour toi c’est rédhibitoire?» Il me rétorque: «Oui, je ne veux pas de problèmes avec mon frère» avec une voix sèche et désemparée et il s’en alla me laissant dans mon désarroi.

Je sais d’emblée ce que vous comptez me dire avec des phrases toutes faites du genre «ça ne se fait pas, ce sont des frères après tout et c’est sacré». Certes, mais j’ai été honnête avec lui, peut-être pas le premier jour mais je lui ai quand même dit la vérité. Ou du genre: «Tu aimerais qu’on te fasse la même chose avec ta sœur peut être?» Je dirais «non», mais certaines choses sont irrationnelles. Ma démarche envers lui a été sincère dès le début. Je l’ai vu en tant que personne à part entière et non en temps que frère de… J’ai longtemps culpabilisé car je ne voulais aucunement qu’il garde une mauvaise image de moi. Depuis, c’est silence radio. J’ai tenté de lui parler une fois mais j’avais l’impression de parler à un bloc de glace.

Voici mon histoire, une histoire qui me ronge et qui a laissé un immense goût d’amertume. Ce garçon m’a réellement plu, sa personnalité m’a touchée et je pense que j’ai eu un coup de foudre pour lui. Même s'il a été clair, je ne peux m’empêcher de penser à lui et me dire qu’un jour, peut-être, il reviendra vers moi parce qu’après tout avec son frère ça n’a jamais été sérieux alors pourquoi gâcher cette histoire?

Qu’en pensez vous? Est-ce que je devrais tout oublier et passer à autre chose ou avoir un minuscule espoir qu’il me recontacte? J’accepte toute forme de critique à condition qu’elle soit constructive.

Hélène

Chère Hélène,

C’est un sacré tour que le destin vous a joué. Et j’ai bien peur que vous ne puissiez pas réécrire l’histoire. Dans cette chronique, j’essaye toujours de répondre en fonction de mes convictions profondes mais je demande toujours à tous, quand il s’agit d’affaires de couple, de prendre en compte l’avis et les désirs de la seconde personne. Parce que toutes les belles paroles que je pourrais vous écrire seraient caduques si en face l’autre personne n’a pas envie de les entendre. C’est le cas ici.

Oui, bien sûr qu’il n’existe aucune règle interdisant formellement de tomber amoureuse du frère ou de la sœur d’un ancien amant. Le rideau ne tombe pas instantanément sur toute la famille, une fois que vous en avez embrassé un membre. La vie est longue et aujourd’hui les familles sont étendues. Et puis, vous n’avez pas choisi consciemment de tomber amoureuse de cette personne pour compléter votre bingo.

Donc évidemment que je trouve absurde de refuser ce qui pourrait être une belle histoire à cause de règles un peu misogynes et passéistes. Et je comprends votre désarroi.

Mais j’ai bien peur que si cette personne a pris sa décision, vous n’ayez pas d’autres arguments à lui opposer que vos sentiments. Il n’y a pas de rationalité ici. Vous ne pouvez pas effacer le passé ni lui faire changer ce qu’il considère être comme des valeurs.

Si parfois de belles histoires ne s’écrivent pas pour des questions de temps, de positions géographiques, d’argent ou même si des micro-détails qui ont grippé l’engrenage, ici c’est l’opposition de deux sens des valeurs. Et malheureusement sur ce point, j’ai bien peur qu’on ne puisse pas faire de concessions.

J’espère sincèrement pour vous qu’il reverra ses positions, que dans quelques semaines ou quelques mois il se rendra compte que cette violence n’en valait pas la peine et qu’il est passé à côté de quelque chose de rare. Mais vous devez vous préparer à ce que ne soit pas le cas.

Par-dessus tout, ne rejetez pas la faute sur vous. Vous n’avez pas à vous reprocher d’avoir vécu votre vie et vous n’avez rien fait de mal. Si cet homme n’a pas été capable de recevoir vos sentiments et de faire la part des choses, l’échec repose sur ses épaules. Cette mésaventure ne remet pas en cause ni votre personne ni votre passé. Il remet en cause par contre un mode de pensée d’un autre temps qui crée beaucoup de souffrance. Je vous souhaite très sincèrement de trouver enfin celui qui saura voir qui vous êtes sans s’embarrasser de ces considérations.

Newsletters

Fans d'astronomie, venez traquer les exoplanètes jupitériennes

Fans d'astronomie, venez traquer les exoplanètes jupitériennes

La science a besoin de vous.

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

[L'Explication #79] Les relations entre les animaux de la même espèce existent, et auraient même certains avantages.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio