Tech & internetMonde

La mort d'August Ames, jeune femme «normale mais avec un job un peu fou», doit nous alerter

Thomas Deslogis, mis à jour le 11.12.2017 à 17 h 12

Après un tweet très maladroit, la performeuse a dû affronter une vague de cyber harcèlement, avant de mettre fin à sa vie deux jours plus tard.

August Ames | Capture de son compte Instagram

August Ames | Capture de son compte Instagram

Au milieu d’une semaine marquée par les disparitions de Jean d’Ormesson et de Johnny Hallyday, la nouvelle du suicide de la Canadienne et actrice de films pornographiques August Ames (de son vrai nom Mercedes Grabowski) à seulement 23 ans n’a évidemment pas eu vraiment d’écho en nos contrées. Le choc est pourtant immense dans l’industrie du porno, parce qu’elle était une des icônes mondiales du porno actuel, mais aussi pour les raisons qui semblent avoir provoqué sa mort, auxquelles l’Hexagone certes occupé à enterrer les siens devrait pourtant prêter attention. Le cas d’August Ames représente en effet un tragique symbole de nombreux maux typiquement contemporains. 

À la façon de drames touchant des adolescents et adolescentes victimes de harcèlement en ligne, mais cette fois à plus grande échelle, August Ames s’est pendue chez elle deux jours après une polémique déclenchée par un de ses tweets. Très active (et habituellement très joviale) sur les réseaux sociaux, le 3 décembre dernier elle explique qu’elle venait de refuser de tourner, donc de coucher, avec des performers (hommes) faisant du porno gay et alertait au passage sa remplaçante. L’actrice n’en dit d’abord pas plus mais la tempête commençant elle précise qu’il est question de «safety», de précaution. Et tout s’emballe. 

Les insultent pleuvent et les accusations d’homophobie sont immédiatement dégainées. Plus tôt dans l’année August Ames accusait déjà un acteur de lui avoir transmis une MST, et même si elle se défend cette fois-ci en rappelant qu’elle est elle-même bisexuelle, rien n’y fait. On passe vite à l’échelon supérieur, quelques célèbres (et donc influents) acteurs de films gays se mêlent à la foule et l’insultent publiquement. L’un d’entre eux, qu’on ne citera pas pour ne pas réitérer ce processus de bêtise dangereuse, va même jusqu’à lui conseiller d’en finir avec ses jours. 

Un dernier «fuck you all»

August Ames tente plusieurs tweets d’explications qui ne changeront évidemment rien à la colère groupée qui s’abat sur elle. Un dernier «fuck you all» et August disparaît des réseaux, deux jours après quoi la nouvelle de sa mort est annoncée. Il va sans dire que la stupéfaction est générale, et pourtant il était bel et bien à la portée de tous de se rendre compte de l’effet dévastateur de telles campagnes de haine. Parce que August Ames n’en est pas la première victime, mais aussi parce que derrière sa personnalité boute-en-train et son humour particulièrement appréciés des internautes, du moins jusqu’à ce 3 décembre, elle venait justement de s’épancher publiquement sur sa dépression. 

Dans un podcast repéré par Le Tag Parfait et enregistré en septembre dernier avec la photographe et productrice Holly Randall (désormais indisponible, ndrl), August Ames s’était confiée une heure durant avec une honnêteté à couper le souffle. À le réécouter aujourd’hui, le document est édifiant. La Canadienne commence par évoquer son adolescence, de l’été de ses 17 ans où ses seins ont subitement gonflés, lui valant une réputation immédiate de trainée. Et puis, alors qu’on lui demande quelle est la pire question qu’on lui ait posée sur Twitter, August parle des nombreux «fans» lui demandant constamment de faire des scènes anales. 

Elle n’en a jamais fait et pour cause, elle explique soudainement qu’adolescente, en plein acte sexuel d’abord consenti, son partenaire la sodomise de force et refuse de s’arrêter jusqu’à ce qu’il jouisse. Le traumatisme de ce «butt rape» (viol anal), comme elle l’appelle très justement, ne la quittera jamais et elle confie à Holly Randall que même en privé elle n’a quasiment jamais pratiqué à nouveau le sexe anal, sa simple idée la ramenant automatiquement et naturellement au souvenir de ce viol. 

«Normale, avec juste un job un peu fou»

On ne saura jamais vraiment exactement ce qui a poussé cette jeune femme de 23 ans à se donner la mort. Quelle goutte d’eau l’a décidée à en finir. Mais on peut essayer de comprendre le processus qui aurait mené à ce drame. Et là encore l’interview avec Holly Randall nous en dit beaucoup. 

Après le récit de ce viol qui a choqué son intervieweuse, celle-ci et August Ames discutent brièvement pressions du milieu porno, compétition constante, etc. Puis elle rient des seins imposants de l’actrice, sa marque de fabrique qui l’a «sauvée»: grâce à eux, l’industrie n’a jamais insisté pour qu’elle se mette à l’anal ou à d’autres pratiques. 

Le problème pourrait donc venir d’ailleurs, des anonymes insistants. Comme celui qui l’a harcelée de colis, lui envoyant des affaires pour emménager avec elle, la demandant en mariage pour finir, malheureusement sans surprise, par la menacer de mort. Ou comme ceux qui proposaient de l’argent à ses proches en échange de son numéro de téléphone ou son adresse. Ou cet homme qui lui propose un rail de cocaïne contre sa nudité alors qu’elle n’a que 15 ans.

August, qui se décrit comme «putain de normale, avec juste un job un peu fou» va plus loin dans les confessions. Sa relation avec son père était catastrophique: il la traite de menteuse quand, à 12 ans seulement, elle lui signale les attouchements sexuels dont elle est victime de la part de son grand-père paternel. La mère d’August, elle, la croit et la soutiendra dans sa carrière mais à sa manière, celle-ci étant bipolaire. Une maladie dont August Ames sera elle-même diagnostiquée par la suite.

Derrière le porno, des femmes et des hommes

Tout cela, et plus encore, est dit par l’actrice dans cette seule interview, là, sur le web, à quelques clics de quiconque, y compris des twittos à la violence facile. Beaucoup d’entres eux pensaient ainsi défendre la communauté LGBT, ils lui ont finalement donné un coup terrible. Quand la nouvelle est tombée ce sont des homophobes, des vrais cette fois, qui se sont appropriés l’affaire en accusant de meurtre la communauté LGBT dans son ensemble.

Beaucoup d’entres eux pensaient ainsi défendre la communauté LGBT, ils lui ont finalement donné un coup terrible.

L’histoire est encore plus triste quand on sait qu’August Ames a été la victime de victimes elles-mêmes, les LGBT étant souvent les premiers à souffrir de ce genre de dérive. Faut-il pour autant accuser le web et demander la fermeture des réseaux sociaux? On pourrait plutôt commencer par éduquer leurs utilisateurs. Et rappeler que la pornographie, ses actrices et ses acteurs, au premier rang des jugements faciles et dangereux, doivent être reconnus et respectés comme les simples professionnels –et humains– qu’ils sont.

Une reconnaissance qui doit d’abord surgir d’en haut et remplacer les préjugés et autres amalgames alimentés par des personnalités telles que le président de la République française par exemple, lorsqu’il associe caricaturalement pornographie et humiliation des femmes. Tout simplement parce qu’ainsi qu’Emmanuel Macron le dit (ou plutôt le disait) lui-même, «le porno, ça fait partie de la vie». Mercedes Grabowski dit August Ames, elle, n’en fait malheureusement plus partie. 

Thomas Deslogis
Thomas Deslogis (14 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte