Économie

Saab en liquidation en dépit d'offres de dernière minute

Temps de lecture : 2 min

Le constructeur automobile suédois Saab a été finalement placé vendredi 8 janvier en liquidation judiciaire, selon le syndicat IF Metall, dont un représentant est membre du conseil d'administration de la société. General Motors (GM), propriètaire de Saab, a engagé la firme spécialisée dans les restructurations AlixPartners pour procéder à un démantèlement ordonné du constructeur. Un liquidateur doit être théoriquement nommé samedi 9 janvier. Les repreneurs potentiels qui se sont manifestés au cours des derniers jours auront à négocier directement avec ce liquidateur.

Pas moins de quatre offres auraient été formulées à la fin de la semaine. L'une d'entre elle a été faite par le milliardaire et grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, associé au fonds d'investissement Genii Capital. Cette offre intervient après celle formulée par le petit constructeur néerlandais d'automobiles sportives haut de gamme Spyker.

Par ailleurs, deux groupes suédois auraient également fait une offre de reprise de Saab selon le secrétaire d'Etat suédois Jöran Hägglund, responsable du dossier automobile. Selon la presse suédoise, parmi ces groupes figure un groupement dirigé par Haakan Samuelsson, 58 ans, ex-PDG du constructeur allemand de poids lourds Man, qui a quitté ses fonctions en novembre, et Jan Nygren, ancien secrétaire d'Etat social-démocrate et ancien directeur général du groupe de défense Saab. Le projet de ce groupement serait de produire de 45.000 à 50.000 voitures seulement par an, sans emprunt auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI). En 2008, Saab avait vendu 93.295 voitures.

Mais manifestement GM ne voulait pas revendre Saab en dépit des pressions du gouvernement suédois. Ed Whitacre, PDG de General Motors, estimait il y a quelques jours qu'un accord de dernière minute pour sauver Saab était peu probable. «Nous avons fait tout ce qu'il était humainement possible pour sauver Saab» a-t-il déclaré, ajoutant qu'aucun acheteur potentiel du groupe n'avait «mis de l'argent sur la table» et que le constructeur était «en mode de démantèlement».

Saab a été mis en vente en début d'année 2009. Le fabricant suédois de voitures de luxe Koenigsegg avait trouvé un accord préliminaire avec GM en juin avant de s'associer en septembre avec le chinois BAIC pour financer cette transaction. Mais le groupe suédois a finalement renoncé fin novembre à cette opération. Le 18 décembre, GM avait annoncé la fermeture de sa filiale, faute de repreneur.

Lire également sur l'industrie automobile: Les cartes de l'industrie automobile se déplacent et Automobile: le bal des restructurations est ouvert.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Un concessionnaire Saab Rick Wilking / Reuters

Newsletters

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

La sortie de l'Union européenne aura fragilisé l'économie britannique face aux crises suivantes liées à la pandémie de Covid et à la flambée des coûts de l'énergie.

Il faut taxer les superprofits de l'énergie, mais pas tout seuls

Il faut taxer les superprofits de l'énergie, mais pas tout seuls

L'Europe des Vingt-Sept a choisi de taxer les profits des énergéticiens. Mais le débat n'est pas simple, car la fiscalité est un outil qu'il faut manier avec précaution.

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

Le pays communique sur son succès en matière de lutte contre la pauvreté et continue d'en faire un horizon de sa politique de développement. En Occident, des objectifs similaires avaient été proclamés. Jamais atteints, ils ont été abandonnés.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio