Monde

Gaza, un an après l'opération «plomb durci»

Temps de lecture : 2 min

Sombre bilan de l'opération «Plomb durci», cette offensive de l'armée israélienne lancée fin décembre 2008 à Gaza et qui a fait en trois semaines plus de 1.400 victimes. «Un an après le conflit, c'est comme si rien n'avait changé», décrit  le site Youphil (fondé par Jean-Marie Colombani, également cofondateur de Slate). Un processus de paix toujours bloqué, des usines détruites qui alimentent un taux de chômage très élevé (45% pour les personnes en âge de travailler), les Gazaouis «n'ont pas beaucoup de raisons d'espérer», résume Youphil, qui conscacre un dossier à ce sujet.

«Certains quartiers sont en ruines et il est impossible de les reconstruire. Le blocus imposé par Israël, depuis l'enlèvement du soldat franco-israélien Giald Schalit en 2006, empêche la venue de béton et de fer». «Toutes les infrastructures sont restées en l'état, comme le réseau d'eau», rapporte dans l'article Sophie Solomon, chargée de programme Moyen-Orient pour l'ONG Première Urgence.

[Lire l'article complet sur Youphil]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image: Ehud Olmert, Premier ministre israélien lors de l'opération militaire/via Flicrk

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio