Monde / Égalités

Les États-Unis refusent de donner des visas aux Tchétchènes gays persécutés

Temps de lecture : 2 min

La Lituanie est pour l'instant le seul pays à avoir donné l'asile aux homosexuels qui fuient de terribles persécutions en Tchétchénie.

Des manifestants demandent la fin des persécutions contre les Tchétchènes LGBT, devant la Chancellerie allemande à Berlin, le 30 avril 2017 | JOHN MACDOUGALL/AFP.
Des manifestants demandent la fin des persécutions contre les Tchétchènes LGBT, devant la Chancellerie allemande à Berlin, le 30 avril 2017 | JOHN MACDOUGALL/AFP.

En avril, le journal russe d'opposition Novaya Gazeta a révélé qu'en Tchétchénie, une centaine d'homosexuels avaient été arrêtés, et au moins trois tués. Des Tchétchènes gays ont raconté avoir été torturés en prison et plusieurs journaux et organisations parlent à ce sujet de «pogrom anti-gay».

De nombreux pays occidentaux ont dénoncé ces persécutions mais, jusqu'ici, seule la Lituanie a choisi d'accueillir ces réfugiés (deux pour l'instant). Une quarantaine de gays ont fui la région semi-autonome de Tchétchénie et se cachent dans d'autres parties de la Russie, en attendant d'essayer de quitter le pays. Certains ont fui sans attendre d'obtenir un visa.

Selon une porte-parole de l'association Russia LGBT Network, le ministère américain des Affaires étrangères a indiqué que ces Tchétchènes n'obtiendraient pas de visa. Elle a aussi expliqué à Buzzfeed que les négociations avec d'autres pays d'accueil potentiels avaient été «difficiles».

Des condamnations générales

La diplomatie américaine n'a pas voulu commenter ce choix, indiquant seulement que les «cas individuels» ne sont pas discutés publiquement. Un porte-parole du ministère a réitéré des condamnations générales:

«Les États-Unis continuent d'être inquiets concernant la situation dans la République de Tchétchénie, où des informations crédibles indiquent qu'au moins cent hommes ont été détenus sur la base de leur orientation sexuelle.»

Plusieurs journalistes qui avaient enquêté sur la question ont dû quitter la Russie, se sentant menacés après des déclarations d'un conseiller de Ramzan Kadyrov, le chef de la Tchétchénie, qui les a qualifiés d'«ennemis de notre foi et de notre patrie.»

Kadyrov continue de nier l'existence de cette brutale campagne homophobe. Il a déclaré récemment que «la société tchétchène n'avait pas ce genre de phénomène d'orientation sexuelle non traditionnelle.»

La communauté internationale a demandé au président russe Vladimir Poutine d'enquêter sur le sujet. Pour l'instant, un diplomate de l'ambassade russe en Israël a publié une lettre ouverte expliquant qu'il n'y avait pas de persécutions anti-gays en Tchétchénie et que ces accusations faisaient partie d'une «campagne de propagande contre la Russie.»

Newsletters

Dans le Michigan, pro et anti-IVG bientôt départagés par un référendum

Dans le Michigan, pro et anti-IVG bientôt départagés par un référendum

Après une série de recours judiciaires, le Michigan votera le 8 novembre pour ou contre l'inscription de ce droit dans sa Constitution.

Giorgia Meloni, un pur produit de la politique italienne depuis Berlusconi

Giorgia Meloni, un pur produit de la politique italienne depuis Berlusconi

Alors qu'en France, on annonce la victoire de l'extrême droite aux élections italiennes, de l'autre côté des Alpes, les médias italiens parlent de celle du «centro-destra» («centre droit»). Il est pourtant facile d'y voir clair.

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

​​​​​​​Au XVIIe siècle, cet archipel constitué de plus d'une centaine d'îlots déserts servit de refuge aux naufragés du Batavia, un navire de commerce. En attendant le sauvetage, l'un des survivants massacra ses compagnons d'infortune.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio