France

Cartes: la France Le Pen vs La France Macron

Alexandre Léchenet et Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 25.04.2017 à 10 h 35

Sur cette carte «déformée» pour que les surfaces soient proportionnelles à la population des candidats arrivés en tête par commune au premier tour, les zones de force des deux finalistes Emmanuel Macron et Marine Le Pen apparaissent clairement.

Alexandre Léchenet pour Slate.fr.

Alexandre Léchenet pour Slate.fr.

Un clivage entre une France des centres et une France des périphéries. C'est un des enseignements, parmi d'autres, du vote du dimanche 23 avril, à l'issue duquel Emmanuel Macron et Marine Le Pen se qualifient pour le second tour de l'élection présidentielle.

Sur cette carte, les surfaces des communes sont proportionnelles à la population de celles-ci. Il en découle une représentation géographique des résultats plus conforme au poids réel de chaque entité.

Carte: Alexandre Léchenet. Slate.fr

Cette carte est tout sauf une surprise, puisqu'elle confirme un écart entre des centres urbains rétifs au vote protestaire, FN comme «insoumis», à leurs périphéries où se concentrent les communes qui placent Marine Le Pen en première place. Entre les deux, certaines des communes de banlieue proche des grandes villes donnent à Jean-Luc Mélenchon ses meilleurs scores. La logique centre-périphérie est cependant moins marquée dans le sud-est, où les scores du Front national se révèlent plus homogènes sur le territoire.

Une carte qui rappelle parmi d'autres le vote pro-européen lors des dernières élections européennes en 2014. Les partis les plus partisans de la construction européenne, à droite les centristes et à gauche, les écologistes, réalisaient leurs meilleurs scores dans les centres des métropoles qui ont placé Macron en tête.

Score d'EELV (à gauche) et des centristes (Udi et Modem, à droite) aux élections européennes de 2014. Cartes: Joël Gombin.

Une France «Charlie» macronisée?

Mais l’opposition entre métropoles et «France périphérique» n’est pas la seule à structurer le territoire à l'issue de ce premier tour. L’examen de la répartition géographique des communes qui placent en tête l’un des finalistes de l’élection présidentielle révèle une autre opposition, qui fait rejaillir une population révélée par les démographes Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, non sans avoir suscité une controverse. Soit approximativement la France des «catholiques zombies», désignant les territoires où l’influence sociale et culturelle du catholicisme se maintient alors que la pratique religieuse est résiduelle. Une France de l’Ouest associée à celle des métropoles qui se teinte de jaune-Macron depuis le résultat du premier tour, à l'exception néanmoins des zones de force de François Fillon (Sarthe, Orne, Mayenne).

Alexandre Léchenet
Alexandre Léchenet (11 articles)
Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (983 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte