Monde

Quand Obama donnait du «motherfucker»

Temps de lecture : 2 min

Des passages du livre audio de «Dreams of my father» regorgent d'insultes... lues par Barack Obama

Vous pensiez que dire le «I screwed up»(«J'ai foiré») lancé par Obama était, au choix, pas bien présidentiel, ou très honnête? Réjouissez-vous, voici un nouvel exemple du langage très décontracté utilisé par le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Dans la version audio de son best-seller «Dreams of my father» («Les rêves de mon père»), le futur président américain cite un ami de lycée, Ray, qui avait la facheuse habitude de jurer à tout va. Du coup, c'est Barack Obama, lui-même conteur de son livre, qui se retrouve à enchaîner les «bitch», «nigga», et autres «motherfucker» qui pimentent les mots de Ray.

Un détail relevé par le blog du Boston Phoenix et d'April Winchell, qui met en ligne les meilleurs extraits du Président des Etats-Unis presque aussi déchaîné que Christian Bale.

(Photo : wikimedia, Elizabeth Cromwell)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Des Russes louent des jets privés 150.000 euros pour éviter d'aller combattre

Des Russes louent des jets privés 150.000 euros pour éviter d'aller combattre

La demande ayant largement dépassé l'offre, les prix n'ont pas tardé à flamber.

Face à la guerre menée par Poutine en Ukraine, la Chine peine à se positionner

Face à la guerre menée par Poutine en Ukraine, la Chine peine à se positionner

«L'amitié sans limites» qu'évoquait Xi Jinping en février pour décrire la relation de son pays avec la Russie semble, sept mois plus tard, en avoir quelques-unes.

Que faire face à un Poutine aux abois?

Que faire face à un Poutine aux abois?

Bien que le président russe subisse de lourdes déconvenues, ses adversaires ont tout intérêt à passer ce moment-charnière en restant dans la retenue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio