Culture

Regardez le documentaire qui rend hommage au travail de Jirô Taniguchi

Temps de lecture : 2 min

Le dessinateur japonais de «Quartier lointan» est décédé ce samedi 11 février à l'âge de 69 ans.

C'était l'un des dessinateurs japonais les plus célèbres. Jiro Taniguchi, à qui l'on doit notamment les BD Quartier lointain et Le Journal de mon père est décédé ce samedi 11 février à l'âge de 69 ans. C'est à la fin des années 1960 qu'il décide de devenir mangaka sous l'influence notamment du travail très adulte mené par Yoshihiro Tatsumi. Peu à peu influencé par les BD occidentales, et notamment la ligne claire, tout comme le cinéma de Ozu, il tourne la page de ses BD de genre pour attaquer dans les années 1990 la série de livre humaniste qui le fera connaître à l'étranger et aidera à changer l'image du manga en France.

« Si j'ai envie de raconter des petits riens de la vie quotidienne, c'est parce que j'attache de l'importance à l'expression des balancements, des incertitudes que les gens vivent au quotidien, de leurs sentiments profonds dans les relations avec les autres. [...] Dans la vie quotidienne, on ne voit pas souvent des gens hurler ou pleurer en se roulant par terre. Si mes mangas ont quelque chose d'asiatique, c'est peut-être parce que je m'attache à rendre au plus près la réalité quotidienne des sentiments des personnages. Si on y pénètre en profondeur, une histoire peut apparaître même dans les plus petits et les plus banals événements du quotidien. C'est à partir de ces moments infimes que je crée mes mangas», déclare-t-il à Castermag en 2008.

En 2015, le Festival d'Angoulême rend hommage à son travail avec la grande exposition «Taniguchi, l'homme qui rêve», dont est tiré ce documentaire signé Nicolas Finet et Nicolas Albert. Le film analyse en une demi-heure le travail du dessinateur, qui évoque lui-même ses influences et ses techniques.

Slate.fr

Newsletters

Le monde en crise vu par quatre films

Le monde en crise vu par quatre films

Les sorties le même jour de quatre films on ne peut plus différents offrent une vaste fresque du monde contemporain et des ressources du cinéma.

Karl Lagerfeld intime

Karl Lagerfeld intime

À chaque photo son histoire. Avant d’être son propre photographe, Karl Lagerfeld se prêtait volontiers au jeu des flashs et des objectifs. Le photographe de mode Guy Marineau l’a eu à l’œil tout au long de sa carrière. Derrière ses...

Parfois, je suis fatigué d'être Juif

Parfois, je suis fatigué d'être Juif

Je voudrais qu'on m'accepte pour ce que je suis, mais depuis la nuit des temps on me le refuse, comme si je ne méritais pas de vivre.

Newsletters