Monde

Que signifie ce curieux geste de Donald Trump lors du dernier débat

Temps de lecture : 2 min

Le candidat républicain à fait usage d'un geste rare lors de son dernier débat télévisé face à Hillary Clinton, le «double pointage de doigt».

Le «double pointage de doigt» de Trump. (Saul Loeb / AFP)
Le «double pointage de doigt» de Trump. (Saul Loeb / AFP)

Les gestes valent bien plus que des mots, dit-on. Une affirmation qui ne perd pas de pertinence en période électorale, surtout aux Etats-Unis où l’analyse de la gestuelle des candidats à la présidentielle est devenue un rituel médiatique. Déjà en 1960, ont disait que John F. Kennedy, charmant et mesuré, l’aurait emporté face à son rival Richard Nixon, en sueur et maladif, lors du premier débat télévisé du pays.

Ce mercredi 19 octobre, lors du dernier débat opposant Hillary Clinton et Donald Trump, quelque chose de curieux s’est produit en matière de langage non verbal, rapporte Quartz. En pleine discussion sur le rôle de la Russie dans le piratage des e-mails de la Convention nationale démocrate, Trump reproduit son geste emblématique –index droit levé, pouce et majeur légèrement en contact– mais pointe en même temps avec détérmination son adversaire de l’index gauche.

Selon Lillian Glass, experte en langage non verbal et communication, le «double pointage de doigt» est un geste «très rare».

«Le premier, lorsqu’il pointe son doigt vers le haut et dit "laissez-moi vous dire quelque chose", ça c’est un hurlement. Le deuxième, il est très fâché. Ça c’est la colère ultime», explique-t-elle à Quartz.

Le geste s’est produit lors d’un moment tendu du débat. Hillary Clinton fait pression sur Trump et sa tendance à courtiser le président russe Vladimir Poutine. Trump tente de contre-attaquer et lui lance une pique.

«Poutine s’est montré plus malin qu’elle en Syrie. Il a été plus malin qu’elle à chaque instant», dit-il au moment précis du double pointage de doigt.

Stratégie de l'équipe Clinton

Pour certains, l’irritation et les dérapages du candidat républicain ne seraient pas uniquement le fait d'un personnage incontrôlable, mais aussi le produit d’une stratégie soigneusement montée par l’équipe Clinton qui consiste à titiller Trump sciemment pour le pousser à sortir de ses gonds afin qu'il renvoie l'image d'un homme inapte à être président.

Donald Trump a également fait parler de lui pour son langage corporel menaçant lors du deuxième débat télévisé, rodant autour d'Hillary Clinton comme un prédateur. Janine Driver, experte en langage corporel, a qualifié le comportement de Trump d'«indicateur de pré-agression». Selon elle, Clinton se serait déplacée du côté du plateau de Trump afin d’affirmer son pouvoir et de le déstabiliser. Ce dernier aurait donc réagi en se rapprochant d’elle pour réaffirmer à son tour sa présence.

Hillary Clinton n’a pas non plus échappé à l’analyse de son langage corporel lors de ses apparitions médiatiques. Afin de faire contrepoids à son image de «femme froide», la candidate démocrate se serait entraînée à sourire davantage. Mais cela pourrait la faire paraître comme peu sincère. Durant le dernier débat, elle aurait donc fait usage de son sourire de façon plus efficace, affirme Ryan Foley, expert en langage corporel pour la chaine ABC.

«Elle est plus conservatrice quand elle décide de sourire. Quand est-ce qu’elle sourit? Quand Donald Trump déraille, quand le modérateur l’interrompt. Cela renforce l’idée de "Regardez, Trump qui perd le contrôle encore une fois". C’est plus sincère», dit-il.

Newsletters

À qui appartient la mer?

À qui appartient la mer?

Si la masse d’eau que constituent les mers et les océans n'appartient à personne, les fonds marins peuvent être la propriété des États côtiers.

Le lancer de panses de brebis, grosse blague devenue sport national écossais

Le lancer de panses de brebis, grosse blague devenue sport national écossais

La pratique du «haggis hurling», qui consiste à projeter une panse de brebis farcie le plus loin possible en se tenant sur un fût de whisky, est un hommage à une tradition... qui n'existe pas.

Le passeport syrien est le plus cher et le plus difficile d'accès au monde

Le passeport syrien est le plus cher et le plus difficile d'accès au monde

Obtenir le document est un véritable parcours du combattant, pris entre la corruption ambiante et l'État policier mis en place par Bachar el-Assad. Il ne donne pourtant accès qu'à vingt-neuf pays.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio