Culture

Les vraies desperate housewives

Temps de lecture : 2 min

Avant la crise économique, une émission américaine de téléréalité avait pris le parti de montrer des «vraies» housewives américaines, comme le versant réaliste de la série Desperate Housewives. Pas vraiment femmes aux foyers puisque certaines travaillent, mais bien de l'Amérique profonde (Texas), comme à Wisteria Lane.

A l'époque du début de la série, il y a quatre ans, ces Américaines ouvraient aux caméras leur maison, leur intimité, leurs habitudes, leurs dressings démesurés, et leur quête haletante du dernier sac hors de prix. Depuis la crise, leurs préoccupations ont changé, leur façon d'être aussi.

Certaines ont voulu quitter l'émission, pour se consacrer à plein temps à leur emploi, ou parce qu'elles n'ont plus envie de se montrer comme auparavant; d'autres y voient au contraire une source de revenus supplémentaires bien utile désormais.

L'émission avait pour but de montrer de riches américaines caricaturales, en proie à des préoccupations frivoles; il est devenu, par le hasard de la conjoncture économique, un témoin des transformations qui adviennent aux Etats-Unis.

[Voir l'article]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Wikipedia, The Real Housewives of Orange County

Newsletters

«The Woman King», une guerrière en uniforme

«The Woman King», une guerrière en uniforme

L'épopée des combattantes du Dahomey mobilise toutes les ressources du film hollywoodien à grand spectacle, pour une histoire dont le cadre et les héroïnes sont inhabituels, mais racontés de manière convenue.

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Elle reproche à la plateforme de ne l'avoir jamais contactée et de faire son beurre avec le malheur des autres.

Le business juteux du smiley heureux

Le business juteux du smiley heureux

Près de soixante ans après sa création, un demi-siècle après être devenu une marque déposée, il continue à rapporter des centaines de millions d'euros chaque année.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio