Sciences

Souffrez-vous d'apéirophobie, la peur de la vie éternelle?

Temps de lecture : 2 min

Si penser à l'infini vous donne des vertiges, peut-être êtes-vous un apéirophobe qui s'ignore!

Photo prise en 2013 par le télescope Hubble A. van der Hoeven / NASA/ESA/HUBBLE / AFP
Photo prise en 2013 par le télescope Hubble A. van der Hoeven / NASA/ESA/HUBBLE / AFP

Fermez les yeux et essayez d'imaginer que la vie est éternelle. Tentez de vous représenter ce que cette éternité signifie en nombre de jours, d'années, de millénaires par rapport à la brièveté de votre vie. De réfléchir à quel sens prend alors votre insignifiante journée, voire votre existence toute entière. Ou essayez encore de penser à l'espace au dessus de notre Terre, espace qui s'étend à l'infini...

Si ces réflexions vous plongent dans l'angoisse, vous empêchent de dormir la nuit ou vous suscitent des palpitations, vous souffrez peut-être d'apéirophobie, non pas la peur des planches de fromage et des verres de vin rouges vers 18h30, mais bel et bien la terreur métaphysique suscitée par l'idée d'infini, rapporte The Alantic.

Un journaliste du site américain atteint d'apéirophobie sévère dans son enfance s'est penché sur la question. Si cette phobie n'est pas répertoriée officiellement comme une maladie psychique –elle est associée par les psychiatres aux troubles anxieux–, le journaliste est néanmoins parvenu à rassembler des témoignages via divers forums et appels à témoignages sur Facebook de personnes sujettes à cette angoisse existentielle.

Peur de l'éternité ou peur de la mort?

Sur un forum, une des victimes de cette phobie explique ainsi: «Généralement, l'angoisse arrive la nuit quand j'essaie de m'endormir. J'ai appris à la chasser de mon esprit , mais il y a des moments où ça ne marche pas. Je commence alors à arpenter la pièce en me disant qu'il faut que j'aille aux urgences ou je vais finir par me tuer.»

Martin Wiener, chercheur à l'université George Mason aux États-Unis et spécialiste de la perception temporelle, décrypte cette phobie méconnue:

«Je suppose que, dans le cas de l'apéirophobie, vous réalisez qu'après la mort vous vivrez pour toujours (si vous croyiez à cela). Votre esprit tente de simuler cette pensée et vous réalisez qu'il est impossible de vous projeter pour toujours –cette expérience est alors extrêmement anxiogène. En définitive, cette phobie ne doit pas être fort différente de la peur de grandir, vieillir ou mourir.»

Une angoisse qui apparaît en général dans l'enfance et derrière laquelle pourrait bien se cacher la thanatophobie, la peur de la mort. Mais à l'heure où Google prétend «guérir de la mort» via son projet de recherche Calico, peut-être l'apéirophobie va-t-elle être amenée à devenir une des pathologies courantes du XXIe siècle... Comme le disait Woody Allen: «L'éternité, c'est long. Surtout, vers la fin.»

Newsletters

Le football est de plus en plus prévisible, mais il existe des remèdes

Le football est de plus en plus prévisible, mais il existe des remèdes

Plus les années passent, moins les surprises semblent possibles.

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

Il permettrait de réaliser d'incroyables économies et de rendre les voyages spatiaux plus simples et plus verts.

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Il faut un certain laps de temps avant que le moteur s'arrête totalement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio