Parents & enfants

Une Barbie ballerine, noire, musclée et (presque) articulée, on dit oui

Temps de lecture : 2 min

Mattel s'est inspiré de la première Afro-Américaine à avoir été nommée danseuse principale de l’American Ballet Theatre de New York.

La Barbie Misty Copeland.
La Barbie Misty Copeland.

Il est toujours assez agréable de trouver une occasion de dire ce que l’on pense de la poupée Barbie (du mal). Et ces opportunités ne manquent généralement pas d’arriver à un rythme régulier (coucou la Barbie Stasie, hey la Barbie ingénieure-informaticienne). Pourtant, il faut bien admettre que le fabricant Mattel déploie désormais des trésors d’ingéniosité dans sa tentative de réhabilitation de la poupée qu’on adore détester. Et les plus réfractaires d’entre nous sommes bien obligés de concéder que les efforts sont respectables.

Si l’annonce de modèles aux mensurations plus humaines constituait déjà un très léger progrès, la nouvelle Barbie Misty Copeland mérite, elle, d’être saluée (presque) sans bémol. Mattel vient, en effet, d'annoncer la commercialisation d’une poupée à l’effigie de la danseuse Misty Copeland, la première Afro-Américaine à avoir été nommée danseuse principale de l’American Ballet Theatre de New York.


Changer l'image du ballet

Le modèle, qui était en préparation depuis deux ans, se différencie en ce qu'il est plus flexible, qu’il «la peau foncée, des muscles, de la poitrine et des hanches», comme le souhaitait la danseuse, dans une évidente référence au fait que son physique athlétique et sa poitrine généreuse lui ont, un temps, fermé les portes du ballet, tant le milieu est resté longtemps empêtré dans des codes du passé. Des codes qui refusaient également la diversité.

Misty Copeland confie également avoir veillé à ce que le modèle ait «un nez un peu plus large et des lèvres plus pleines» que Barbie.

On pourra s’agacer de l’enthousiasme un brin marketé de la danseuse qui ne manque pas de préciser qu’enfant, elle «adoooooorait les Barbie», et de prêter à la poupée bien des pouvoirs. Il convient toutefois de noter que ce modèle s’inscrit dans une démarche plus globale visant à démontrer que la danse classique ne doit pas être réservée aux blanches. Et chaque initiative visant à insuffler enfin de la diversité dans le ballet est bonne à prendre.

Newsletters

Ces parents de la génération Z qui ne veulent pas perpétuer le mythe du Père Noël

Ces parents de la génération Z qui ne veulent pas perpétuer le mythe du Père Noël

Petit Papa Noël, quand tu ne descendras plus du ciel.

Contrairement aux apparences, «E.T.» n'est pas un film pour enfants

Contrairement aux apparences, «E.T.» n'est pas un film pour enfants

Bien que quarante ans se soient écoulés depuis la sortie du film culte, il est toujours bon de rappeler à quel point Spielberg y pose un regard inquiet sur le monde des adultes, foncièrement craintifs et conspirationnistes.

Éducation positive: attention au piège de la «liberté du vide»

Éducation positive: attention au piège de la «liberté du vide»

L'éducation positive est une belle idée mais elle expose à des pièges qui, si l'on n'y prend garde, risquent d'interdire tout vrai travail éducatif. Relire Hegel peut nous aider à les contourner.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio