Monde

L'État islamique est-il victime de l'«effet du perdant»?

Temps de lecture : 2 min

Depuis un peu plus d'un an, Daech semble être en pleine perte de vitesse au Moyen-Orient. Où s'arrêtera la spirale négative?

Capture de la vidéo Vice News d'un soldat de l'organisation État islamique.
Capture de la vidéo Vice News d'un soldat de l'organisation État islamique.

Le vent est-il en train de tourner pour l'État islamique? Le site américain The Atlantic s'interroge. Car si depuis 2012 et son installation en Syrie, rien ne semblait arrêter l'avancée de Daech, depuis début 2015, l'organisation terroriste est sur bien des plans en nette baisse de régime. Ainsi, les rangs djihadistes n’ont jamais été aussi peu remplis. Beaucoup de leurs commandants sont morts ou désertent le champ de bataille, et comme un symptôme, aucune offensive d’ampleur n’a été menée depuis l’été 2015.

Pire encore, 22% du territoire de l'État islamique est passé aux mains de leurs ennemis, les forces gouvernementales de Syrie et d’Irak, ainsi que les Peshmergas kurdes. Embêtant, quand l’un des objectifs principaux de Daech est l’expansion territoriale. Après les vidéos de propagande mettant en scène les combattants de Daech toujours victorieux, Vice News a mis en ligne cette semaine des images d'un des soldats de l'État islamique mort au combat en Irak. On le voit en bien mauvaise posture face aux Peshmergas kurdes. De quoi donner à voir une tout autre réalité que celle mise en avant par la propagande.

Renversement de situation

Là où les troupes de Daech ont bénéficié un temps de «l’effet du gagnant», qui leur a permis d'enchaîner les victoires grâce, entre autres, à un capital confiance au top qui faisait reculer leurs opposants, la dynamique semble peu à peu s'inverser et le doute s’installer dans les rangs djihadistes.

S’ils bénéficiaient d’un fort capital sympathie de la part de leurs partisans ou encore de la part d’autres groupes terroristes qui ont porté allégeance au drapeau noir comme Boko Haram en Afrique, l’État islamique en Libye et celui au Yémen, ou encore Wilayat Sinaï en Égypte, ceux-ci pourraient être bientôt tentés de s’en séparer pour éviter d’être affilié à un groupe en pleine déroute. C’est ce que l’on appelle l'«effet de halo», qui va avoir tendance à repousser les potentiels sympathisants qui ne miseront plus sur la réussite de l’État islamique.

Prophètes ou escrocs?

De même, si le caractère divin que les combattants de Daech attribuent à leur mission a favorisé leur aura et l'engagement sur le terrain, il pourrait également précipiter leur chute. Les défaites mettent alors à nu un sentiment d'arnaque ou de désarroi, faisant passer les cadres de l'organisation pour des escrocs qui se sont servis de Dieu afin de légitimer leurs actes.

Néanmoins, il n'y a pas de quoi se réjouir trop vite. Et l’État islamique est encore loin d’être passé de mode. En tant que très bons communicants, ils se servent des attentats en Europe pour détourner l’attention de leurs cuisantes défaites au Moyen-Orient. Alors que leur avenir semble compromis en Syrie et en Irak, Daech mise maintenant sur ses combattants extérieurs, que certains estiment aux alentours de 400 en Europe, prêts à passer l’action. Si l’État islamique est une bête blessée, elle en est peut-être encore plus dangereuse.

Newsletters

Des trois cercles proches de Poutine, lequel prendra l'ascendant à l'issue de la guerre en Ukraine?

Des trois cercles proches de Poutine, lequel prendra l'ascendant à l'issue de la guerre en Ukraine?

[TRIBUNE] Si l'offensive militaire se solde par une défaite, il y aura un changement de régime en Russie. À l'inverse, si les Russes l'emportent, on peut anticiper un durcissement. Dans tous les cas, le statu quo est exclus.

De l'angoisse de vivre dans une zone sismique

De l'angoisse de vivre dans une zone sismique

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le tremblement de terre en Turquie m'a rappelé que je vivais dans l'un des endroits les plus à risques de la planète.

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Bien qu'il semble s'agir d'un accident, les procureurs pourraient avoir de bonnes raisons d'accuser l'acteur de négligence aggravée, après son tir mortel sur le tournage du film «Rust» en octobre 2021.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio