Culture

«Il est parfaitement logique qu’Iggy Pop soit l'objet d'un cours de nu»

Temps de lecture : 2 min

Iggy Pop (Elena Olivo/Brooklyn Museum).
Iggy Pop (Elena Olivo/Brooklyn Museum).

Répondant à un projet de l’artiste britannique Jeremy Deller, Iggy Pop a posé nu pour une classe de la New York Academy, organisée au Brooklyn Museum, à New York, le 21 février. Les 21 participants qui assistaient à la classe avaient entre 19 et 80 ans.

L'artiste à l’origine de ce projet peu commun a été lauréat du Turner Prize en 2004 et a participé en 2013 à la Biennale de Venise. Également curateur et réalisateur, il est notamment connu pour travailler sur le processus créatif artistique impliquant plusieurs personnes.

Auprès du site Pitchfork, Jeremy Deller affirme «qu’un cours de nu artistique est un lieu privilégié pour examiner la forme humaine. Il reste au fondement de l'éducation artistique et de l’histoire de l'art, et reste encore la meilleure façon de comprendre le corps… Pour moi, il est parfaitement logique qu’Iggy Pop soit l'objet d'un tel cours: son corps est essentiel à la compréhension de la musique rock et de sa place dans la culture américaine. Son corps en a vu beaucoup et devrait être étudié...»

Difficile de lui donner tort quand on se souvient, par exemple, du torse nu de l'Iguane –une constante chez lui– sur la pochette du légendaire Raw Power des Stooges (1973), où il était immortalisé par le photographe Mick Rock, connu pour son travail avec un autre grand artiste qui a fait de son corps une œuvre d'art, David Bowie. «Il agissait à l'instinct avec son corps car il l'exposait toujours beaucoup sur scène», a d'ailleurs dit de lui un jour le photographe Leee Black Childers.

En attendant, pour apprécier le résultat de cette classe unique, il faudra patienter un peu. L’exposition spéciale, intitulée sobrement «Iggy Pop Class», est programmée à l’automne prochain, toujours au Musée de Brooklyn. Le chanteur, lui, publiera le 18 mars son nouvel album solo, Post Pop Depression, produit par Josh Homme des Queens of the Stone Age.

Newsletters

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

La série turque décrit une épidémie dont le vecteur est le langage. Un phénomène inimaginable et qui pourtant paraît déjà presque là.

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Avec La Vallée, l’artiste français casse les stéréotypes et fait de l’espace d’exposition une école dont les tableaux noirs sont des œuvres, déployant les méandres de sa pensée. Du 8 décembre 2022 au 30 avril 2023.

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio