Monde

La fin du Cavaliere?

Temps de lecture : 2 min

L'heure est grave pour Silvio Berlusconi: le «lodo Alfano», cette loi que le président du Conseil italien a crée ad persona en 2008, pour protéger de tout procès les quatre plus hautes charges de l'Etat a été invalidée. Berlusconi s'était garanti avec cette loi l'immunité pour toute la durée de son mandat (5 ans).

Ce sont les 15 magistrats de la Cour Constitutionnelle qui l'ont annulée mercredi 7 octobre, après deux jours de consultations, sur la base de deux articles de la Constitution. Parmi eux, l'Article 3 qui protège le principe d'égalité devant la loi.

Cette décision marque un tournant dans l'histoire politique récente de Silvio Berlusconi, déjà plombée par le scandale des escort girls révélé par le quotidien Repubblica. L'abandon de la loi Alfano réouvre de fait les deux procès qui planent sur la tête de la plus haute charge de l'Etat italien : un pour corruption dans les actes judiciaires de l'avocat David Mills et l'autre pour délit de société dans le rachat de sa télévision Mediaset.

Si l'opposition a salué le choix de la Cour, la réaction de la Ligue du Nord, parti allié du Cavaliere a été très dure. «Nous sommes prêts à entraîner le peuple.» a menacé Umberto Bossi, leader du parti.

[Lire l'article complet sur La Repubblica]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Silvio Berlusconi Wikimedia

 

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio