Monde

Les seules images vidéos d'Anne Franck

Temps de lecture : 2 min

Anne Franck sera désormais présente sur Youtube. Le musée Anne Franck, situé à Amsterdam, est en train de créer sur le site de partage de vidéos une chaîne dédiée à la mémoire de la jeune fille morte en 1945 au camp de Bergen-Belsen. Au programme: des témoignages de ceux qui l'ont connue. Otto Franck parlant de sa fille lors d'une interview réalisée dans la cachette où se réfugia la famille de juillet 1942 à son arrestation, suite à une dénonciation, en août 1944. Miep Gies, une amie de la famille qui découvrit le fameux journal d'Anne dans l'appartement après le passage des nazis et qui le remit après la guerre au père, seul survivant des huit clandestins.

Mais surtout une vidéo dans laquelle Anne Franck elle-même apparaît. Les seules images filmées qui existent d'elle. Des images rapides, un peu lointaines certes mais qui suffisent à donner une matérialité à celle qui est devenue une figure mythique de la littérature et un symbole des victimes de la barbarie nazie. Cette vidéo a été tournée le 22 juillet 1941, à l'occasion du mariage de ses voisins. On voit clairement la jeune fille accoudée à la fenêtre, regardant le spectacle de la rue.

Lire l'intégralité de l'article sur 20minutes.fr

Photo de une : Anne Franck, image diffusée en 1959

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio