Monde

Des images des attentats d'Oklahoma City exhumées

Temps de lecture : 2 min

Ce sont quelques images de vidéosurveillance, un peu floues que dévoile le site américain newsok.com. On y voit des citoyens d'Oklahoma City hagards, juste après le chaos qui a succédé à l'explosion du 19 avril 1995. Le bâtiment fédéral Alfred P. Murrah venait d'être ravagé: 168 morts et 800 blessés étaient alors à déplorer, à la suite d'un attentat.

Le FBI a autorisé la consultation du fond d'archives de l'enquête qui laisse percevoir le désarroi des victimes de Timothy Mac Veigh. L'explosion elle-même n'a pas été filmée, mais plus de 20 enregistrement de caméras de surveillance ont été collectés. Ils sont désormais accessibles, au nom du «Freedom of Information Act» qu'à invoqué un juge de l'Utah souhaitant reprendre les investigations. Certains de ces enregistrements avaient déjà été diffusés comme preuves à charges lors du procès de Mc Veigh.

Le poseur de bombes, arrêté à la sortie de la ville quelques heures après l'explosion, a été exécuté par injection létale en 2001. Cette rétention des bandes vidéos par le FBI avait nourri diverses rumeurs selon lesquelles le gouvernement aurait pu vouloir dissimuler d'autres responsables.

[Lire l'article complet sur le New York Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une:A shot of downtown Oklahoma City from the south-southeast./Flickr

Newsletters

En Chine, un homme condamné à 455 euros d'amende pour avoir incliné son siège dans le train

En Chine, un homme condamné à 455 euros d'amende pour avoir incliné son siège dans le train

Ça fait cher le voyage.

Les stratégies des supporters pour boire de la bière malgré tout au Qatar

Les stratégies des supporters pour boire de la bière malgré tout au Qatar

Pour quelques centilitres, ils sont disposés à faire des kilomètres.

À quoi joue Macron avec Poutine?

À quoi joue Macron avec Poutine?

La sortie du président français sur les «garanties de sécurité» qu'il faudrait fournir à Moscou s'ajoute à une liste déjà longue de déclarations controversées sur la conduite à tenir face au président russe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio