Économie

[VIDÉO] Dans les rues de New York, le business prospère de ceux qui font la queue pour les autres

Temps de lecture : 2 min

Robert Samuel fait la queue devant une boutique Apple, quelques heures avant la sortie de l'iPhone 6s, à New York.

Le temps, c'est de l'argent, et Robert Samuel l'a bien compris. En faisant la queue à la place d'autres personnes en échange de quelques billets, cet habitant de New York s'est lancé dans un business très rentable. Le magazine Salon est parti à sa rencontre dans les rues de New York, devant une boutique Apple, quelques heures avant la sortie de l'iPhone 6s.

En juillet dernier, nous vous racontions déjà l'histoire de cet homme. Après avoir perdu son emploi de vendeur, Robert Samuel déposait les statuts de sa société SOLD, pour Same Ole Line Dude («Les gars qui font la queue» en français), et lançait son affaire, présentée comme «la première solution de management de file d’attente». Voici comment nous présentions sa stratégie commerciale:

«Il assure sa prospection dans la rue: même quand il n’est pas chargé de faire la queue, il se rend dans les grands événements et laisse des cartes de visite aux gens bloqués dans les files d’attente ou écrit le nom de sa société à la craie sur les trottoirs de New York»

Un an après, Robert Samuel et sa société, qui emploie désormais plusieurs personnes, ont construit un business prospère. En faisant la queue pendant de longues heures devant des théâtres, des boutiques ou des restaurants prisés, il gagne près de 1.000 dollars par semaine (soit environ 890 euros). Ses tarifs sont fixes: 25 dollars de l'heure. Ce n'est pas donné, mais le service a trouvé son public, «une clientèle pressée et avide de consommation puisqu’il explique que ses spécialités consistent à attendre pour un iPhone, pour les dernières Air Jordan, le dernier spectacle à Brodway ou encore les cronuts, ces pâtisseries moitié croissant moitié donut qui rendent fous les Américains».

Née au Japon et en Chine, l'idée a fait du chemin. Le Guardian raconte l'histoire d'un Italien, Giovanni Cafaro, 42 ans, qui s'est lancé dans le business de la file d'attente après avoir perdu son emploi. Pour 10 euros de l'heure, 7 jours sur 7, Giovanni Cafaro propose ses services devant les guichets des postes, des banques ou des bâtiments administratifs, pour ceux qui «pour ceux qui n'ont ni le temps, ni l'envie» de faire la queue.

Newsletters

Vivement lundi: la grève

Vivement lundi: la grève

Le droit de faire grève, c'est le droit de rappeler que non, en avril dernier on n'a pas voté pour la retraite à 64 ans, mais contre la possibilité de voir un parti d'extrême droite à la tête du pays.

Les conséquences économiques du report de l'âge légal de départ à la retraite

Les conséquences économiques du report de l'âge légal de départ à la retraite

L'Observatoire français de conjoncture économique a calculé les effets qu'aurait un départ légal de la vie active à 64 ans, contre 62 ans actuellement.

Pourquoi Made.com n'a pas réussi à sauver les meubles

Pourquoi Made.com n'a pas réussi à sauver les meubles

Ultra-populaire dans les années 2010, la marque a été placée sous administration en vue de sa liquidation en novembre dernier, avant d'être rachetée par le groupe Next.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio