Sciences / Culture

Ce lundi à 17 heures, on a tous chantonné le même morceau (qui ne parle pas vraiment de Mars)

Temps de lecture : 2 min

Ce lundi 28 septembre, vers 17 heures, le monde entier a chanté la même chanson en apprenant la découverte d'eau sur Mars, si l'on en croit Twitter.

Même Salman Rushdie, l'auteur des Versets sataniques, y est allé de son tweet.

Selon les chiffres de Topsy, on est passé de moins de 50 tweets par jour contenant «life», «mars» et «Bowie» à plus de 400 en une journée (pas encore finie).

Si on ne peut que s'en réjouir pour les ventes iTunes, les vues YouTube ou les écoutes Spotify de ce chef-d'œuvre, l'ironie de l'histoire est que, comme l'ont souligné plusieurs ouvrages (par exemple The Words and Music of David Bowie), «Life On Mars?» ne parle pas vraiment de la vie sur Mars: la chanson suit l'histoire d'une jeune fille chassée par ses parents («It's a God-awful small affair / To the girl with the mousy hair / But her mummy is yelling no / And her daddy has told her to go») qui trouve refuge devant un écran de cinéma où elle voit la vie plus grand («Take a look at the lawman / Beating up the wrong guy / Oh man, wonder if he'll ever know / He's in the best selling show / Is there life on Mars?»). Bref, pas une vraie chanson spatiale, au contraire de «Space Oddity» (repris dans l'espace pour une vidéo très virale par l'astronaute Chris Hadfield) –même si la fascination de David Bowie pour l'espace est avérée par le titre de son album le plus célèbre.

Newsletters

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

[L'Explication #79] Les relations entre les animaux de la même espèce existent, et auraient même certains avantages.

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

La ville de Boston vient d'interdire l'installation de nouvelles pelouses artificielles dans l'espace public, pointant la composition toxique de ces étendues de plastique vert.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio