Économie

Bernard Kouchner veut une nouvelle taxe solidaire?

Temps de lecture : 2 min

Bernard Kouchner a lancé l'idée d'une «contribution solidaire» sur les transactions financières pour fi­nancer le développement, et croit à son application. Il a reçu, mardi 15 septembre, l'appui du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso — renouvellé mercredi 16.

Cette idée ne date pas tout à fait d'hier: Bernard Koucher explique dans une interview aux Echos qu'il défend ce principe depuis longtemps, depuis Médecins sans frontières, qu'il a co-fondé en 1971. «Lorsque j'étais ministre dans le gouvernement de Lionel Jospin, c'est même une proposition que j'avais faite.»

Il a fallu un peu de temps pour que le gouvernement se penche sur le projet, mais il a fait du chemin, puisque Christine Lagarde déclarait l'an dernier que le projet n'était pas à l'étude, et qu'elle se dit aujourd'hui en accord sur le fond—à l'instar du chef de l'Etat. Mais de là à ce que le projet soit réalisé... «Christine Lagarde craint que son travail urgent sur les paradis fiscaux et les autres propositions au G20 de Pittsburgh soit gêné si l'on faisait cette proposition tout de suite» a confié Bernard Kouchner aux Echos. Du coup cette taxe nouvelle ne sera pas abordée lors de la réunion préliminaire du G20.

Cette taxe pourrair rapporter de 20 à 30 milliards d'euros, selon Bernard Kouchner. Les banques devraient faire un prélèvement de 0,005 % pour le mettre ensuite sur un compte et le ­reverser à une échéance donnée. Un tel prélèvement participerait à la moralisation du système financier selon Kouchner et selon le responsable de l'autorité britannique de surveillance des marchés, lord Adair Turner. Il faudra une direction éthique et que les projets financés soient contrôlés par les bénéficiaires eux-mêmes. Il faudra aussi créer un contrôle pour savoir quel pays doit en bénéficier, quelle est sa capacité d'absorption pour ce financement et sur quel projet et qui doit en bénéficier.

Cette proposition de Bernard Kouchner reprend l'idée de la taxe Tobin, du nom du prix Nobel en économie, James Tobin, qui suggérait dès le début des années 70 l'instauration d'une taxe sur les transactions monétaires internationales afin de dissuader la spéculation. Le taux préconisé était de l'ordre de  0,05 % à 1 %.

L'association altermondialiste Attac est notamment un ferme soutien de cette taxe.

[Lire l'article complet sur Leséchos.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Kouchner, wikimedia, CC


Newsletters

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

Le pays communique sur son succès en matière de lutte contre la pauvreté et continue d'en faire un horizon de sa politique de développement. En Occident, des objectifs similaires avaient été proclamés. Jamais atteints, ils ont été abandonnés.

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

Les relations sino-latines ont le vent en poupe, à tel point que Pékin dépasse peu à peu Washington dans presque tous les pays de la région.

La classe moyenne, insaisissable créature du capitalisme

La classe moyenne, insaisissable créature du capitalisme

La «classe moyenne» fait partie des notions les plus utilisées et les plus floues dans les discours politiques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio