Économie

Les téléphones old school se vendent encore

Temps de lecture : 2 min

L’époque n’est pas si lointaine où téléphone portable signifiait clavier, petit écran, touches et non écran tactile, wifi et Internet. Et le marché des téléphones old school n’est pas sur la fin.

Quelques marques proposent encore des téléphones non tactiles | Orin Zebest via Flickr CC License by
Quelques marques proposent encore des téléphones non tactiles | Orin Zebest via Flickr CC License by

C’est Quartz qui revient sur le phénomène des téléphones basiques ne proposant ni la 3G, ni Facebook, ni tout un tas d’applications qui nous paraissent indispensables aujourd’hui. «Qui voudrait acheter un téléphone sans Internet en 2015?» demande le magazine. En fait, plein de monde: 590 millions de personnes, selon les chiffres avancés.

L’un des exemples est le Nigéria, où avoir un téléphone 3G importe moins que le fait d’avoir un téléphone dont la batterie veut bien tenir une semaine. D’une manière générale, l’Afrique est l’un des continents les plus concernés par le marché des «dumb phones» (téléphones stupides, pour les différencier des «smartphones»). Ainsi, on estime que d’ici dix ans, environ 300 millions de Subsahariens auront en main leur premier téléphone mobile.

Dumb phone

Les pays en voie de développement ne sont les seules cibles. Dans les pays plus riches, ces téléphones peuvent aussi servir de premiers moyens de communication aux jeunes enfants mais aussi aux technophobes qui ne souhaitent pas passer leur temps à naviguer sur Internet via leur téléphone.

Enfin, il y a ceux qui ont besoin d’un deuxième téléphone pour voyager ou pour des raisons professionnelles. Même si le marché des téléphones basiques devrait baisser, de 590 cette année à 350 millions en 2019, le smartphone n’a pas encore gagné la bataille.

Pour ceux qui ne veulent ni d’un smartphone, ni d’un dumb phone, il y a l’entre-deux, le téléphone kitch, parfois à clapet, et qui peut lancer des applications afin de ne pas perdre tout contact avec le monde d’aujourd’hui tout en ayant un pied derrière.

Newsletters

À quoi ressemblerait notre économie s'il n'y avait pas le bouclier tarifaire?

À quoi ressemblerait notre économie s'il n'y avait pas le bouclier tarifaire?

Depuis la fin de l'année 2021, le gouvernement français a pris des mesures pour réduire le prix d'achat des produits énergétiques.

Vivement lundi: la coupure d'électricité

Vivement lundi: la coupure d'électricité

Cette perspective d'un Noël option coupures de courant, aux faux airs d'un escape game sur le thème «Blitzkrieg et dinde aux marrons», c'est une putain d'idée.

Sommes-nous prêts à nous passer d'éclairage public?

Sommes-nous prêts à nous passer d'éclairage public?

L'éclairage public connaît des mesures de restriction pour réduire la facture énergétique et la pollution lumineuse. Derrière cette dynamique se trouvent de nombreux enjeux d'acceptabilité.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio